samedi 8 mai 2021
A VOIR

|

Un éco-lieu pour apprendre autrement

Publié le

L'association Parent Autrement se développe ! Depuis octobre, elle peut désormais accueillir enfants et parents dans une maison où l'enseignement est à l'image de ce que l'association souhaite véhiculer : une pédagogie alternative basée sur l'expression de l'enfant et son autonomie.

Publié le 19/12/2019 à 16:49 - Mise à jour le 20/12/2019 à 14:25
Lecture 2 minutes

L'association Parent Autrement se développe ! Depuis octobre, elle peut désormais accueillir enfants et parents dans une maison où l'enseignement est à l'image de ce que l'association souhaite véhiculer : une pédagogie alternative basée sur l'expression de l'enfant et son autonomie.

A l’éco-lieu à Faa’a, on a choisi d’élever ses enfants dans la sérénité. Pas de stress, une éducation bienveillante pour une meilleure autonomie, c’est en somme ce que propose l’association Parent Autrement : « l’objectif c’est vraiment de promouvoir une éducation respectueuse de la planète et des autres, et de soi aussi. Du coup on propose tout un tas d’activités pour les enfants mais aussi pour les adultes. Du coup les apprentissages se font d’adulte à enfant mais aussi entre enfants et aussi d’enfant à adulte », explique Sara Aline co-dirigeante.

Crédit : Tahiti Nui Télévision

Depuis le mois d’octobre, l’association fondée en 2013, a désormais un lieu pour se regrouper. Plusieurs espaces de jeu, un grand jardin, tout est fait pour aider au développement naturel de l’enfant : « Là on est en stage de vacances, du coup on l’a fait sur le thème de Noël mais avec notre identité qui est tournée autour de l’environnement, donc toutes les activités à base de recyclage et de produits locaux. On les fait avec les enfants. On leur parle aussi de toute une conception de Noël au niveau de la consommation. Qu’on peut offrir des choses sans argent, qu’on offre avec le coeur. On offre du temps de qualité, des massages, des citronnades… »

Parler en anglais aux enfants, leur apprendre à décider par eux-mêmes ou encore à cultiver autrement avec la permaculture, exit l’éducation classique, l’association veut se démarquer : « A cet âge-là, c’est bien de les mettre dans le bain, surtout pour plus tard, estime Vaihere Chaudet, professeure d’anglais. Moi je suis bilingue, j’ai toujours parlé en anglais. C’est vrai qu’après quand on commence à travailler, voyager, ça aide beaucoup. Des fois il y en a qui ont un peu peur, ils n’osent pas trop, ils disent « je ne comprends pas », mais (…) plus ils viennent, plus ils sont confortables avec ça. »

L’association propose également des ateliers et des réunions d’informations pour les parents. Toujours plus nombreux à adopter la pédagogie alternative.

Crédit Tahiti Nui télévision

infos coronavirus