vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Un défi « Mon fenua, ma beauté » pour rendre la Polynésie plus propre

Publié le

Publié le 19/09/2016 à 14:38 - Mise à jour le 19/09/2016 à 14:38
Lecture 2 minutes

Les défis Facebook sont de plus en plus nombreux. Celui qui rencontre le plus de succès ces derniers temps est sans doute celui des 22 pompes. Un exercice en mémoire des 22 vétérans américains qui se suicident chaque jour, selon une étude. Un défi honorable qui a inspiré une Polynésienne. « Je me suis dis : si tout le monde fait cela, pourquoi ne pas rendre le défi utile », confie Vaitiare Courtin. 

La jeune femme a donc lancé lundi le défi « Mon fenua, ma beauté ». « Le concept est simple : que tu ailles faire ton jogging, promener ton chien, faire un tour au Belvédère, ou te bronzer sur la plage…équipe toi vite fait d’un plastique (poubelle ou même le petit sac plastique du chinois hein) et ramasse ce que tu trouves sur ta route. Ce sont les petits gestes les plus simples qui font les plus grandes choses », écrit-elle sur Facebook.
Chaque personne se prend en photo et nomine ensuite des amis qui doivent faire pareil. Vaitiare a nominé des personnes vivant à Tahiti mais aussi à Huahine et aux Marquises, espérant une mobilisation un peu partout au fenua. 

« Beaucoup se plaignent que nos rues sont sales », explique Vaitiare à Tahiti Nui Télévision. Si chacun se lance comme défi de ramasser les ordures, elle espère que le fenua redeviendra un peu plus propre. 

Une initiative qui rappelle un défi lancé par l’Anglais Eddie Platt à Marseille, en métropole. Il invitait les internautes à poster un selfie sur les réseaux sociaux lorsqu’ils ramassent un déchet pour le mettre à la poubelle. 
Son initiative a été un succès : plus de 5 000 fans sur les réseaux sociaux, des adeptes dans le monde entier de Buenos aires à New York et plus de 10 tonnes de détritus récoltés en quelques mois. 

Souhaitons autant à Vaitiare et son défi. 

M.K

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu