dimanche 7 août 2022
A VOIR

|

Un cyclone frappe la Polynésie : la simulation organisée par le haut-commissariat

Publié le

CYC 21, c’est le nom du cyclone qui a ravagé en début de semaine plusieurs atolls des Tuamotu Nord. Il poursuit sa course vers les Îles de la Société et devrait atteindre Tahiti demain. Ce scenario est celui d’une simulation. Un exercice mis en place chaque année par le haut-commissariat pour se préparer en cas de calamité naturelle.

Publié le 08/12/2021 à 16:55 - Mise à jour le 10/12/2021 à 9:22
Lecture < 1 min.

CYC 21, c’est le nom du cyclone qui a ravagé en début de semaine plusieurs atolls des Tuamotu Nord. Il poursuit sa course vers les Îles de la Société et devrait atteindre Tahiti demain. Ce scenario est celui d’une simulation. Un exercice mis en place chaque année par le haut-commissariat pour se préparer en cas de calamité naturelle.

Trois personnes décédées, une trentaine de blessés… et un bilan qui s’alourdit au fil de la journée. La priorité est d’informer les médias qui relayeront l’information à la population.

Dès l’apparition du phénomène météorologique, la cellule de crise a été enclenchée. En 3 jours il s’est transformé en un cyclone tropical meurtrier. Tous les moyens ont été déployés pour protéger les populations. Mais c’est parfois de la population que le danger peut venir… “Dans les situations réelles, on s’aperçoit que la population a tendance à vouloir se protéger, explique Cédric Bouet, directeur de cabinet du haut-commissaire. Mais tout le monde voulant se protéger en même temps, ça peut créer des phénomènes de panique et des mouvements de population tout à fait désordonnés. C’est ce que nous devons éviter dans un événement de type cyclonique puisqu’il va falloir que tout le monde au contraire se mette à l’abri et que tout le monde se soit organisé bien avant l’arrivée du cyclone.”

Chaque année ce type d’exercice permet d’améliorer les procédures. Les communes effectuent le même type de préparation. Les documents spécifiques à chaque type de danger sont disponibles sur le site du haut-commissariat.

infos coronavirus