mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Un consulat d’Australie en Polynésie pour 2021

Publié le

Publié le 27/06/2019 à 11:06 - Mise à jour le 27/06/2019 à 11:06
Lecture 2 minutes

Les 25 étudiants et accompagnateurs présents actuellement au fenua viennent tous de l’Université d’Australie occidentale (University of Western Australia), de la ville de Perth. Ils sont titulaires d’une bourse qui leur permet de venir directement sur le terrain pour découvrir les institutions, les langues la culture de la Polynésie française, et ceci afin de mieux comprendre la région Indo-Pacifique dans son ensemble. ​Leur programme d’étude à l’Université de Polynésie française est très chargé : Français, histoire et institutions politiques à Tahiti, identité polynésienne contemporaine et art. Edouard Fritch souhaite que ces programmes éducatifs puissent se multiplier à l’avenir.
 
Plusieurs Tahitiens ont également eu l’opportunité de bénéficier de bourses d’étude offertes par le gouvernement australien pour se former dans les universités australiennes, plus particulièrement à Brisbane. Ces échanges académiques sont primordiaux afin de nouer une véritable coopération dans divers domaines, notamment économiques, culturels et linguistiques. 

La Polynésie a déjà accueilli 9 335 touristes australiens en 2019 et ce chiffre devrait augmenter à l’avenir.
 
Le Président a également remercié Paul Wilson qui arrive au terme de ses fonctions de Consul général d’Australie, basé à Nouméa, et ce pendant quatre années. Il retourne à Canberra, au ministère des Affaires étrangères et du commerce extérieur du gouvernement australien. Lors d’un entretien avec Éric Requet, Secrétaire général chargé de l’administration de l’État en Polynésie française et Christophe Deschamps, Paul Wilson a présenté le projet de l’Australie d’ouvrir une mission diplomatique permanente en Polynésie française en établissant un consulat général à Papeete début 2021.

Avec communiqué

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

À Raiatea, des CAES se forment à la vanilliculture

Dans le cadre d’une politique de soutien aux familles nécessiteuses, une association de Tumaraa propose à ses employés en contrat C.A.E.S de bénéficier de diverses formations en échange d’un service rendu à la population.

Nuisances sonores à l’aéroport de Tahiti-Faa’a : le ras-le-bol de certains...

Ne pouvant plus supporter les nuisances sonores causées par les avions de voltige de l’aéroport de Tahiti-Faa'a, l’association Te Ora Hau a adressé un courrier au Président du Pays ainsi qu’au Haut-commissaire de la République en Polynésie pour leur demander d'agir. L’aéroclub qui gère ces appareils dit, lui, avoir des solutions à proposer.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV