samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Un confinement périlleux à Bora Bora

Publié le

En temps de crise sanitaire, aucune île de Polynésie n’est épargnée par les recommandations de l’Etat et du Pays. Mais à Bora Bora comme ailleurs, difficile de faire respecter les consignes lorsqu’on est au soleil. Depuis deux semaines, le maire a fait appel à la gendarmerie et la police municipale pour tenter de faire respecter les consignes. Mais en l’absence de cas confirmé sur la Perle du Pacifique, il semble que la population continue de vivre au jour le jour.

Publié le 31/03/2020 à 17:02 - Mise à jour le 31/03/2020 à 17:14
Lecture 2 minutes

En temps de crise sanitaire, aucune île de Polynésie n’est épargnée par les recommandations de l’Etat et du Pays. Mais à Bora Bora comme ailleurs, difficile de faire respecter les consignes lorsqu’on est au soleil. Depuis deux semaines, le maire a fait appel à la gendarmerie et la police municipale pour tenter de faire respecter les consignes. Mais en l’absence de cas confirmé sur la Perle du Pacifique, il semble que la population continue de vivre au jour le jour.

À Bora Bora, les habitudes ont la vie dure. Les habitants font leurs courses plusieurs fois par jour, et en ne respectant pas toujours les distances de sécurité, tandis que d’autres se promènent à vélo ou à pied, sur la route. Et en mer, les contrevenants sont aussi nombreux : la gendarmerie a déjà dressé plus de 15 contraventions la semaine dernière. À terre pour le moment, la police municipale est toujours en phase préventive et elle ne manque pas de ressources pour tenter de faire passer le message comme une voiture, par exemple, qui passe dans les rues diffuser des messages de prévention à l’aide de hauts-parleurs.

« Oui, il fait chaud, et ce n’est pas évident pour la population. Mais je demande à tout le monde de respecter ce qui est demandé, de se déplacer avec un justificatif valable comme pour aller au magasin acheter des produits de première nécessité, et non pas comme le font certains, pour se déplacer plusieurs fois pour aller au magasin » explique Steeven Geva, responsable de la police municipale de Bora Bora.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Les commerçants de l’île ont néanmoins mis en place les mesures barrières (disposition de gel hydroalcoolique, filtrer le nombre de personnes à l’intérieur etc.) afin de se protéger et protéger la population.

Deux cas suspects ont été détectés la semaine dernière, mais les tests se sont finalement avérés négatifs. Cet épisode n’a pas l’air d’avoir eu un réel impact sur la population, selon ce prestataire de service, Philippe Hatton : « Aujourd’hui, à Bora, on semble ne pas être touché donc le confinement n’est peut-être pas toujours très bien compris. Mais en tout cas, il se met en place de façon effective. Il y a quand même beaucoup moins de gens qui roulent, les activités sont très réduites etc. J’appelle tout le monde à respecter le confinement, à respecter les professionnels de santé, ceux qui sont en première ligne »

Depuis vendredi, certains grands hôtels auraient demandé à leur personnel de rester confinés dans leurs établissements. Même si aucun cas n’a été détecté à ce jour sur la Perle du Pacifique, il est vital en tant de crise sanitaire de suivre les recommandations pour éviter toute propagation du Covid-19.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : une application de suivi en cours d’élaboration...

Point sur la situation dans le Pays, intervention du ministre de la Santé... suivez notre édition spéciale en direct de la cellule de crise sanitaire du Pays dans notre liveblog :

La quatorzaine maintenue pour les déplacements entre la métropole...

Des mesures de contrôles "très strictes des déplacements" vers les Outre-mer sont maintenues avec une "quatorzaine" à l'arrivée, a annoncé jeudi le Premier ministre, mais plus de vols sont envisagés pour les vacances "si les conditions sanitaires le permettent".

Femme mordue par un requin : le prestataire poursuivi pour blessures...

L'accident se serait produit le 17 mai dernier lors d’une session de shark feeding à la Vallée Blanche à Faa'a, une pratique interdite au fenua. La victime, mordue à la jambe, a porté plainte. Le prestataire a été déferré jeudi au au tribunal de Papeete. Il sera jugé le 9 juin.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV