A VOIR

|

Un colloque international contre les trafics de stupéfiants

Publié le

Lundi matin s’est ouvert à l'hôtel Hilton Tahiti de Faa'a un colloque international portant sur "la lutte contre les trafics de stupéfiants dans la zone Pacifique". Les autorités judiciaires, militaires et de police de France et de Polynésie ont été rejoints par leurs homologues américains, australiens et néo-zélandais. Durant trois jours, ils réfléchiront aux moyens les plus efficaces pour combattre les trafics de stupéfiants dans la région.

Publié le 14/11/2022 à 18:46 - Mise à jour le 15/11/2022 à 10:00
Lecture 3 minutes

Lundi matin s’est ouvert à l'hôtel Hilton Tahiti de Faa'a un colloque international portant sur "la lutte contre les trafics de stupéfiants dans la zone Pacifique". Les autorités judiciaires, militaires et de police de France et de Polynésie ont été rejoints par leurs homologues américains, australiens et néo-zélandais. Durant trois jours, ils réfléchiront aux moyens les plus efficaces pour combattre les trafics de stupéfiants dans la région.

Travailler ensemble : c’est le mot d’ordre de ce séminaire judiciaire portant sur la lutte contre les trafics de stupéfiants. Les dernières coopérations ont largement porté leurs fruits avec la saisie de 21 kilos d’ice en début d’année à Raiatea, puis au mois de septembre dernier avec près de 400 kilos de cocaïne saisis à Papeete. Les autorités américaines et française avaient simplement échangé des informations. “Je pense que chaque pays apporte différentes armes pour combattre le trafic de stupéfiants. La France a un champ d’action très large dans le Pacifique Sud. Là où beaucoup d’autres pays n’ont pas la possibilité de mener des actions contre les narco-trafiquants avec leurs navires. Les États-Unis peuvent aider avec des informations et des renseignements sur des trafics menés au niveau international. Si nous travaillons ensemble, nous aurons plus d’efficacité dans les zones que nous ne pouvons pas atteindre” indique Daniel Summers, attaché régional de la “Drug Enforcement Administration”.

Dans son intervention, le président du Pays Edouard Fritch, a indiqué, “qu’ici en Polynésie française, si la lutte contre les trafics de stupéfiants, et notamment le volet répressif, relève avant tout des compétences de l’État, notre territoire et le Gouvernement que je préside se veulent proactifs en matière de prévention et en matière de soins”, rappelant également que la prévention est du ressort du Pays.

L’autre volet très important abordé durant ce séminaire est l’information et la sensibilisation des populations, notamment les plus jeunes. Une mission dévolue aux autorités du pays. “Dans le cadre de nos actions d’écoles en santé, il y a des actions de prévention et d’informations sur la nocivité des produits, avec des explications sur ce qu’est une drogue, par exemple, ou encore une addiction. Des mots qui ne parlent pas toujours aux enfants. Il y a une cellule spécialisée dans les addictions, au sein de la direction de la Santé” explique Jacques Raynal, ministre de la Santé.

Le pays travaille toujours sur des projets d’établissements pour accueillir et traiter les victimes d’addictions. Parallèlement, les autorités judiciaires multiplient leurs actions de répression et de sanction des trafiquants de drogue.