lundi 1 mars 2021
A VOIR

|

Un collectif incite les matahiapo à attendre pour se faire vacciner

Publié le

Le lancement de la campagne de vaccination contre la covid-19 n’est pas du goût de tous. Une vingtaine de personnes réunies au sein d’un collectif se sont mobilisées ce lundi matin aux abords du centre de vaccination de Paofai. Plus que sceptiques sur l’efficacité du vaccin, ils tentaient de rallier les arrivants à leur cause voire même de les inciter à ne pas recevoir l’injection.

Publié le 18/01/2021 à 17:02 - Mise à jour le 18/01/2021 à 17:27
Lecture 2 minutes

Le lancement de la campagne de vaccination contre la covid-19 n’est pas du goût de tous. Une vingtaine de personnes réunies au sein d’un collectif se sont mobilisées ce lundi matin aux abords du centre de vaccination de Paofai. Plus que sceptiques sur l’efficacité du vaccin, ils tentaient de rallier les arrivants à leur cause voire même de les inciter à ne pas recevoir l’injection.

S’ils ne se disent pas totalement antivaccin la vingtaine de membres du collectif présent ce lundi devant le centre de vaccination de Paofai à Papeete, se montre particulièrement sceptiques sur ses bienfaits.  Tenants des thèses du décrié professeur Péronne, ils expliquent s’inquiéter des possibles graves effets secondaires sur les matahiapo, invités depuis ce matin à recevoir la première injection. « J’appelle ça un pseudo vaccin parce que rien ne me certifie que c’est un vaccin. La deuxième chose qui fait peur : pourquoi cette urgence de vacciner alors que le monde médical et les sommités en la matière s’échangent des gentillesses à coups de médias et de communiqués. Il y a trop de questions qui méritent qu’on ai un peu plus d’éclaircissements », estime Eugene Tetuanui, porte-parole du collectif

« Ce qu’on souhaiterait c’est d’attendre un petit peu. On n’est pas contres pour être contres mais on aimerait que nos gouvernants attendent avant de faire vacciner ces gens-là », confie Bernard Roure, membre du collectif

Et leur message est passé chez certains de leur interlocuteur du jour… « J’attends dans un mois. On verra ce que ça donne », réagit un passant.

D’autres en revanche ont été surpris à la lecture des banderoles, voire même agacés par la démarche du collectif : « Il y a quand même des chefs d’Etats de grands pays qui se font vacciner, des médecins qui se font vacciner. Ils connaissent bien ce vaccin-là quand même ! Moi je ne les comprends pas. On a été vaccinés depuis petits déjà contre des tas de maladies et grâce à ça on est encore vivants aujourd’hui. »

L’action de ce matin n’a pas perturbé le début de la campagne de vaccination ….qui fait heureusement aussi quelques heureux…. « On est soulagés ! On se donne rendez-vous dans trois semaines pour la deuxième dose ! » lance un matahiapo.

infos coronavirus