vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Un 1er-Mai sans muguet

Publié le

TRADITION – La fête du travail, ce mercredi 1er mai, aura été célébrée sans muguet, grand absent cette année.

Publié le 01/05/2019 à 15:37 - Mise à jour le 14/06/2019 à 13:33
Lecture < 1 min.

TRADITION – La fête du travail, ce mercredi 1er mai, aura été célébrée sans muguet, grand absent cette année.

Vous les avez peut-être cherchés, sans toutefois les trouver… Les muguets ont déserté les étals des fleuristes, ce mercredi 1er mai. Cette fleur que l’on offre traditionnellement à l’occasion de la fête du travail était introuvable.

Du côté du marché de Papeete, Jacques, l’un des huit fleuristes à y tenir un stand, explique que « l’année dernière, ça n’a pas marché, donc on n’en a pas commandé cette année ». Mais « ce matin, il y en a pas mal qui sont venus, et comme on n’avait pas de muguet, à la place on a vendu des orchidées… »

Selon lui, il n’existe qu’un seul importateur de muguet au fenua, du côté de Punaauia, qui leur vend la tige entre 1 500 et 2 000 Fcfp.

Elvina, une fleuriste de Faa’a, indique que son « fils est allé à l’endroit habituel où on se fournit, la pépinière de Punaauia, et il n’y en avait pas… »

« L’année dernière il y en avait beaucoup, peut-être trop même, poursuit-elle. Cette année il n’y en a pas du tout. On a dit à mon fils que c’est un problème d’importation, mais on ne connaît pas réellement la cause. »

Rédaction web (interviews : Esther Parau-Cordette)

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.