samedi 24 octobre 2020
A VOIR

|

Turama – Décrochage scolaire : qui est concerné, comment s’en sortir ?

Publié le

La Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) a fait sa rentrée. La MLDS aide chaque année des jeunes qui sortent du système scolaire. Les inscriptions sont toujours plus nombreuses. Un nouveau centre a ouvert ses portes à Raiatea. Pour évoquer le sujet du décrochage scolaire, Jean-Jacques Hénault, inspecteur de l'éducation nationale était notre invité du journal.

Publié le 17/09/2019 à 11:45 - Mise à jour le 17/09/2019 à 14:13
Lecture 2 minutes

La Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) a fait sa rentrée. La MLDS aide chaque année des jeunes qui sortent du système scolaire. Les inscriptions sont toujours plus nombreuses. Un nouveau centre a ouvert ses portes à Raiatea. Pour évoquer le sujet du décrochage scolaire, Jean-Jacques Hénault, inspecteur de l'éducation nationale était notre invité du journal.

Quelle est la définition de décrochage scolaire ? Ça veut dire quoi exactement ?
« Le décrochage scolaire c’est quand on arrête une formation en cours qui conduisait vers un diplôme. L’objectif de l’Education, et la ministre l’a rappelé dans sa lettre de rentrée, c’est bien d’élever son niveau de formation et surtout que personne ne sorte sans diplôme. »

Quelle est la différence entre décrochage scolaire et déscolarisation ?
« La scolarité est obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans. La déscolarisation ça peut se traduire par un absentéisme qui devient une absence réelle mais dans le cadre de la scolarité obligatoire c’est-à-dire avant 16 ans. »

Un nouveau centre a ouvert à Raiatea. la MLDS compte combien d’élèves aujourd’hui ?
« La Mission de lutte contre le décrochage scolaire n’est pas une structure. C’est une mission. La mission d’accompagnement de l’école qui elle même a la charge d’accompagner les jeunes dans leur scolarité. ce qui doit nous conduire à des effectifs qui sont mouvants puisque là on a à peu près 120 élèves pour la rentrée mais certains partiront avant la fin de l’année parce qu’ils reprendront leur scolarité. »

(…)

A quel moment il faut s’alarmer ? Quel est l’âge critique ?
« Les périodes sensibles sont les périodes de rupture. La MLDS s’évertue à lutter contre ces questions là. C’est en général après la 3e c’est-à-dire vers les 17, 18 ans. »

Quelles sont les causes de décrochage scolaire les plus fréquentes ?
« On ne peut pas dire qu’il y ait un profil de décrocheurs. Très souvent c’est lié à des difficultés scolaires, c’est lié aussi à des problèmes d’éloignement. Ça peut être lié à des difficultés qui sont sociales aussi. Et c’est précisément le rôle de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire que d’analyser ces questions-là, de les accompagner et de faire en sorte que le jeune puisse remettre le pied à l’étrier le plus vite possible. »

Un bilan aujourd’hui ? On sait que la première cellule de formation a ouvert à Pirae en 2015…
« Oui c’est un bilan qui nous donne du baume à l’âme puisque, on prend une photographie au moment de la rentrée et c’est toujours au même moment que l’on voit où on en est dans les élèves qui auraient dû continuer un parcours et qui ne continuent pas. On voit une évolution favorable depuis 2015. »

Donc il faut continuer. C’est le message à faire passer aujourd’hui ?
« Oui il faut continuer. Et surtout que les jeunes ne perdent pas confiance. Ils ont un potentiel qu’ils ont souvent l’occasion de récupérer après. Et rien n’est joué puisque de toute façon au cours de leur vie ils seront amenés à reprendre des études, à reprendre des formations donc on est dans l’ère du temps même quand on est en difficulté passagère au moment de la sortie de sa scolarité . »

infos coronavirus