samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Trois nouveaux internats pour la Polynésie

Publié le

Publié le 21/10/2016 à 12:44 - Mise à jour le 21/10/2016 à 12:44
Lecture 2 minutes

Najat Vallaud Belkacem reconnait bien volontiers, d’elle-même, qu’elle ne connaissait la situation des étudiants polynésiens que sur « papier », car jusqu’alors elle n’était pas venue en Polynésie.  Estimant indispensable pour les ministres de l’Etat de se déplacer partout dans les territoires afin de bien se rendre compte de la situation, elle reconnait, « qu’ici il y a une difficulté bien singulière ».

Pointant la « problématique archipélagique », pour la ministre, « trouver les chemins de l’école est particulièrement difficile pour les élèves (…) il faut que nous les aidions. »

Et les aider, passe par la création d’internat, comme elle l’a évoqué hier au soir à l’université, évocation qui a pris consistance ce matin au collège Henri Hiro de Faa’a. « Nous soutenons la prochaine construction de l’internat qui verra le jour ici, à la rentrée 2018 et qui contiendra 257 places, mais aussi d’un autre dans les îles Marquises et une extension d’un autre internat à Mahina. »

Sur le décrochage scolaire, la ministre ne mâche pas ses mots, « Il y a ici, un décrochage scolaire qui est très élevé et qui n’est pas normal dans la mesure où, il y a toujours une part de décrochage scolaire partout sur le territoire français qui s’explique par de multiples facteurs ».

Là où le bât blesse pour la ministre, c’est « quand vous comprenez que le facteur principal du décrochage scolaire ici, c’est l’empêchement de fait des élèves de continuer leur scolarité par un manque de continuité géographique, tout simplement !  C’est un devoir absolu pour l’Etat, le Pays et les pouvoirs publics de s’atteler à cette question à la fois des internats, mais aussi de trouver d’autres solutions. »

D’autres solutions qui passeraient pour Najat Vallaud Belkacem par le déploiement du numérique. « Le numérique doit absolument servir à faciliter la vie de l’élève polynésien. A partir du moment où l’on arrive à avoir les infrastructures nécessaires dans chaque archipel, à déployer le numérique dans chaque école primaire, on peut envisager des choses qui jusqu’à présent n’existent pas, comme l’enseignement à distance avec des élèves qui continuent d’être encadrés. »

Reconnaissant la fracture numérique qui existe entre Tahiti et les archipels, la ministre annonce que « L’Etat a déployé un plan pour que le haut débit, voire le très haut débit soit présent dans l’ensemble des territoires d’ici quelques années, en rentrant à Paris, je vais veiller à ce que la Polynésie soit bien concernée par ce plan, car il me semble qu’il y ait une nécessité plus grande ici qu’ailleurs à ce qu’elle le soit. »

Du haut débit, des bonnes connexions entre Tahiti et les archipels et le reste du monde, sont les conditions sine qua non pour que le plan numérique de l’éducation fonctionne à plein rendement. Ce que reconnait aisément Najat Vallaud Belkacem.

 

Rédaction Web avec Mata Ihorai et Tamara Sentis
 

Patrick Klosowski, proviseur du lycée Henri Hiro, nous explique en quoi la construction d’un internat permettra de lutter contre le décrochage scolaire.
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Taiarapu-Ouest : 5 listes fusionnent pour contrer celle arrivée...

Au premier tour des municipales, le maire sortant était arrivé second avec 717 voix de retard sur le premier. Pour renverser la vapeur, il a alors décidé de fusionner avec les 4 autres listes toujours en course, mais au prix de son siège de maire de la commune.

Covid-19 : Tahaa mise sur le tourisme local pour...

Comment survivre après la crise liée au Covid-19 ? L’ouverture vers l’international étant encore impossible, les prestataires touristiques du fenua doivent revoir leurs offres et se tourner vers la clientèle locale pour garder la tête hors de l’eau, comme c'est déjà le cas à Tahaa.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV