dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

Trente-deux garçons de café ont fait la course

Publié le

Publié le 02/04/2019 à 15:43 - Mise à jour le 02/04/2019 à 15:43
Lecture < 1 min.

Sur la ligne de départ, il n’y avait pas que des garçons mais aussi des filles qui concouraient, ce mercredi matin, pour le titre de meilleur garçon de café du lycée hôtelier. Par équipe de deux, il fallait être très concentrés.
 
Rapidité et équilibre étaient de rigueur car « ils ont un parcours à faire en un temps minimum avec le plateau le plus possible rempli, à savoir la bouteille pleine et les deux verres aux trois-quarts pleins, explique Michel Enguehard, membre organisateur de la course. La difficulté est de gérer le plateau et la course. »
 
Un exercice pas facile mais qui a le mérite de remettre au goût du jour et de valoriser le métier de garçon de café. Les premiers sur la ligne d’arrivée en catégorie espoir, Moevai Uuru et Roland Teikura, étaient tout essoufflés, car la chaleur était au rendez-vous.
 
Du côté des professionnels, il fallait faire moins de 4 minutes 25 pour remporter la première place. Jérémy Jacquemet et Pierre-Luc Baroux sont arrivés ex aequo avec une autre équipe. Ils viennent d’un palace d’Evian, en métropole, où ils exercent la profession de sommelier.
 
Les courses de garçons de café existent depuis 2 ans au lycée hôtelier. L’établissement envisage d’ouvrir l’événement à toute la Polynésie.
 

Rédaction web avec Sophie Guébel

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.