lundi 8 mars 2021
A VOIR

|

The Voice : le directeur du casting en quête de talents pour sortir « du cliché Miss Tahiti »

Publié le

Publié le 21/06/2018 à 11:11 - Mise à jour le 21/06/2018 à 11:11
Lecture 2 minutes

La grande finale, c’est demain. Les talents sélectionnés à travers l’ensemble de la Polynésie française remontent sur scène ce samedi. Au total, 58 candidats ont été retenu en Polynésie.  Objectif : convaincre le directeur de casting de The Voice, Bruno Berberes, de les ramener à Paris pour participer à l’émission. Le professionnel indique :   » Mon objectif c’est de rencontrer des chanteurs traditionnels, ou pas, des artistes polynésiens dans toutes leurs différences : traditionnels ou modernes. Les castings, c’est comme une rencontre amoureuse… « 

> Du haut niveau

Bruno Berberes le sait : le territoire est riche, culturellement, historiquement et artistiquement. S’il n’a pas d’attentes particulières, il pense que le niveau sera haut.  » Je m’attends tout de même à un niveau de « ouf ». Tout le monde chante ici en Polynésie française. J’espère pouvoir repartir avec plein de chanteurs du coin en métropole. » Mais une fois cette nouvelle étape terminée, il faudra que les talents s’arment à de nouveau de patience.

> Une réponse fin août

Les auditions dans les autres territoires vont se poursuivre. La sélection sera faite aussi en fonction des autres talents sélectionnés. En Polynésie, ceux qui auront gagné un ticket pour Paris seront avertis par téléphone à la fin du mois d’août. Mais le directeur de casting promet : « Si je tombe amoureux samedi, il y a des chances pour que cela aille jusqu’au bout parce que je suis têtu et obstiné. »

Pour tomber amoureux, Bruno Berberes souhaite des talents qui permettront de faire découvrir à la France hexagonale une partie de la culture du fenua. L’an dernier, c’est la culture kanak qui a été mis en avant dans The Voice avec Gulaan. Le directeur de casting ajoute : « C’est un peuple qui a une histoire lourde. Il faut que les français l’entendent et sortent un peu du cliché, entre guillemets, Miss Tahiti… » Aux artistes polynésiens de faire de leur mieux.

Rédaction web avec Sophie Guébel

infos coronavirus