vendredi 24 septembre 2021
A VOIR

|

Tennis de table : un entraîneur malaisien bloqué depuis 10 mois au fenua

Publié le

Il était censé rester 3 mois, finalement, 10 mois plus tard, il ne peut toujours pas rentrer chez lui. En attendant la réouverture des aéroports de son pays d’origine, Sky Chin continue d’entraîner les pongistes de Raiatea.

Publié le 19/12/2020 à 15:42 - Mise à jour le 20/12/2020 à 9:43
Lecture 2 minutes

Il était censé rester 3 mois, finalement, 10 mois plus tard, il ne peut toujours pas rentrer chez lui. En attendant la réouverture des aéroports de son pays d’origine, Sky Chin continue d’entraîner les pongistes de Raiatea.


Recruté par le club de tennis de table de Raiatea en début d’année, Sky Chin ne s’attendait pas à devoir prolonger son séjour en Polynésie. En raison de la pandémie de coronavirus et de la fermeture des frontières néo-zélandaises, plus moyen de rentrer chez lui, en Malaisie. “Depuis le début de la pandémie, je suis resté bloqué ici à attendre de pouvoir prendre un vol et rentrer chez moi. J’étais censé rentrer au mois de mai, et nous sommes en décembre… Je suis en Polynésie depuis près de 10 mois” admet le directeur technique de Global Sport Solution Penang.

Dans son pays, Sky Chin dirige un club de 200 pongistes, et il est sollicité dans le monde entier pour préparer des athlètes. Il doit désormais s’adapter à la situation, et c’est par vidéo-conférence qu’il prodigue ses conseils. “C’est difficile pour le club et les joueurs. Sky n’étant pas là, nous ne bénéficions plus des mêmes conseils” explique Khoo Jun Feng, coach au Global Sport Solution Penang. “Je n’ai pas d’autre choix que celui-là. À moi maintenant de trouver la bonne méthode et les bonnes techniques” ajoute Sky Chin.

Sky Chin

La situation est compliquée : Sky doit constamment rendre compte de ses faits et gestes au fenua pour éviter de perdre ses partenaires financiers. “Il est vrai que la situation actuelle est un peu compliquée du fait que Sky ne soit pas là. Ce que nous lui avons demandé, c’est de faire le maximum, et ce, par le biais d’Internet pour entraîner et guider les joueurs” indique Nicolas Lai, partenaire de Global Sport Solution Penang.

La réouverture des frontières néo-zélandaises permettrait à Sky de rentrer chez lui. Et bien qu’il se soit créé une nouvelle famille en Polynésie, ses pensées vont vers la sienne restée au pays, surtout en ces périodes de fêtes de fin d’année.

Rédigé par

infos coronavirus