dimanche 19 septembre 2021
A VOIR

|

Tautira : rien n’indique que les rochers à dynamiter sont sacrés

Publié le

De nombreuses interprétations sur la sacralité de la montagne Tahuareva de Tautira circulent comme argument pour s’opposer au projet de sécurisation du talus porté par le Pays. La direction de la Culture et du patrimoine explique dans un communiqué que "pour l’heure, rien n’indique que les rochers" à dynamiter représentent "un quelconque ancrage mythique précis".

Publié le 20/05/2021 à 10:18 - Mise à jour le 20/05/2021 à 10:19
Lecture 2 minutes

De nombreuses interprétations sur la sacralité de la montagne Tahuareva de Tautira circulent comme argument pour s’opposer au projet de sécurisation du talus porté par le Pays. La direction de la Culture et du patrimoine explique dans un communiqué que "pour l’heure, rien n’indique que les rochers" à dynamiter représentent "un quelconque ancrage mythique précis".

Suite au projet de sécurisation des flancs de la montagne Tahuareva, une équipe technique de la direction de la Culture et du patrimoine (DCP) s’est rendue mercredi à Tautira. À cette occasion, elle a rencontré et discuté avec de nombreux acteurs présents sur place, et notamment le maire délégué de Tautira, Ueva Hamblin, accompagné de plusieurs détenteurs des traditions orales du village.

La montagne (mou’a) Tahuareva est, en effet, un haut lieu culturel de Tautira. Elle représente le point culminant de référence de l’ancienne chefferie de Fatutira comme cela est spécifié dans le paripari fenua local. De plus, dans les différentes versions du mythe du héros culturel local Hono’ura, Tahuareva fait partie de ses attributs et recèle la grotte dans laquelle il aurait grandi. Par ailleurs, Tahuareva constituait autrefois un repère de navigation pour les pirogues et aujourd’hui pour les pêcheurs locaux.

Force est de constater que de nombreuses interprétations sur la sacralité de cette montagne circulent comme argument pour s’opposer au projet de sécurisation porté par le Pays. Cependant, la zone à sécuriser porte exclusivement sur la partie basse d’un des flancs de la montagne sur lequel des rochers menacent de tomber sur la route de ceinture. Il ne constitue donc en rien une menace au patrimoine immatériel de ce site.

Les opposants au projet arguent qu’il s’agit d’un point d’envol des âmes qui serait donc menacé. Or, si tel est le cas cela ne concernerait que le sommet et les crêtes du mont, mais en rien la parcelle concernée. Même si les rochers menaçant de tomber font partie intégrante de ce site culturel, ces derniers représentent un véritable danger pour les usagers de la route. Pour l’heure, rien n’indique que ces rochers en question représentent un quelconque ancrage mythique précis. Enfin, à ce jour, aucun site archéologique n’a été répertorié sur ladite parcelle.

Rédigé par

infos coronavirus