fbpx
dimanche 26 janvier 2020
A VOIR

|

Tatouage polynésien : le come back des motifs traditionnels

Publié le

A l’occasion de la convention internationale Polynesia tatau 2019, les professionnels du secteur du tatouage constatent un retour aux sources. Les motifs traditionnels et notamment le patutiki marquisien, séduisent de plus en plus de personnes. Pourquoi cette tendance ? La réponse dans le dossier de la rédaction

Publié le 07/11/2019 à 11:26 - Mise à jour le 06/01/2020 à 15:14
Lecture 2 minutes

A l’occasion de la convention internationale Polynesia tatau 2019, les professionnels du secteur du tatouage constatent un retour aux sources. Les motifs traditionnels et notamment le patutiki marquisien, séduisent de plus en plus de personnes. Pourquoi cette tendance ? La réponse dans le dossier de la rédaction

Le tatouage a toujours le vent en poupe et les professionnels du secteur constatent un retour en force des motifs traditionnels, comme le patutiki marquisien. “Là c’est un rugbyman donc il lui faut un tatouage assez puissant. Par exemple là tu as un Mata hoata. Ce sont des symboles assez forts. (…) Les aplats noirs on va dire qu’on les voit de loin”, explique Vetea Rata.

En vacances au fenua, Frédéric s’apprête à rentrer en métropole….avec un tatouage aux motifs polynésiens : “chez nous en France c’est pas la même chose. C’est plus dessiné. Quelque part il n’y a pas de signification.”

Elvis et Sylphide sont aussi des inconditionnels du tatau traditionnel. Chaque année, le patutiki marquisien imprègne davantage leur peau. “Etant en Polynésie, c’est bien de rester dans le traditionnel”, estime Sylphide. Les motifs sur mon corps représentent “la famille, la force et étant donné que j’ai des enfants, j’ai voulu représenter mes 3 enfants. (…) Je compte aller plus loin encore et me tatouer tout le corps.”

Mais qui dit tatouage traditionnel, dit aussi utilisation des outils d’antan. A Moorea, trois tatoueurs pratiquent le tatouage au peigne. Parmi eux, Mate .Il souhaite promouvoir cet art, qui apporte à la discipline, toutes ses lettres de noblesse : “Le peigne c’est tout un processus. Il faut un stretcher, c’est-à-dire quelqu’un qui vienne tirer la peau, le tatouage n’est pas effectué de la même manière, c’est-à-dire qu’il est frappé avec une baguette sur un peigne. Pour moi il est plus brut, plus authentique.”

Si le patutiki marquisien est le motif le plus connu dans le monde, c’est en raison de trois expéditions menées dans l’archipel, au 19ème siècle. Ceux qui les conduisaient ont répertorié les motifs. Ainsi, ils ne sont pas tombés dans l’oubli. “Il y a une chercheuse, Marie-Noëlle Ottino qui travaille sur les Marquises avec son mari Pierre, qui rassemble toute cette documentation et qui va l’éditer dans un livre, Patutiki, pour expliquer tous les motifs qui existent. Leur emplacement, leur utilisation, et à la fin il y a un lexique de motifs, il y en a 497, qui sont inventoriés. Ils ont tous un nom, ils sont quasiment tous dessinés, avec des explications”, explique Tokainiua Devatine.

La création d’un certificat des métiers du tatouage a été acté par le centre des métiers d’arts. Mais des discussions avec les tatoueurs du fenua doivent encore être menées avant la mise en place de cette formation.

REPORTAGEThierry Teamo

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

L’inlassable hausse des cotisations sociales

Les nouvelles hausses des cotisations sociales sont effectives depuis le 1er janvier. Adoptées en conseil des ministres le 13 décembre, elles visent la tranche A de la retraite et l’assurance maladie. Des augmentations "nécessaires", juge le gouvernement, malgré les réticences des partenaires sociaux.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Arue : des travaux dérangent les élèves de...

Coup de gueule, vendredi matin, des parents d’élèves de l’école maternelle Tamahana. Les nuisances sonores du chantier de l’hypermarché Carrefour affectent le quotidien des enseignants et des élèves depuis la rentrée de janvier. Une réunion organisée par l’association des parents d’élèves a eu lieu ce vendredi matin en présence du maire et du directeur du groupe Carrefour. Ils s’engagent à installer la climatisation et des panneaux photovoltaïques au sein de l’établissement comme ils l’avaient promis avant les travaux.

Le calendrier des manifestations culturelles et environnementales pour 2020

Culture et environnement seront mis à l’honneur cette année au travers de nombreux événements avec, par exemple, la Journée mondiale de l’eau organisée par la Direction de l’environnement. Le Musée de Tahiti et des Îles – Te Fare Manaha - organisera et accueillera plusieurs manifestations et expositions destinées au grand public et aux scolaires.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X