jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Tarifs de l’électricité : syndicat et usagers veulent se faire entendre

Publié le

Publié le 17/08/2015 à 16:29 - Mise à jour le 17/08/2015 à 16:29
Lecture 2 minutes

La commission de régulation de l’énergie (CRE)  est actuellement sur le territoire. L’occasion pour le syndicat polynésien des énergies renouvelables (SPER) de se faire entendre. Ce mardi, Teva Sylvain, président du SPER a réuni les médias pour évoquer la problématique du coût de l’électricité. « Le tarif du baril de pétrole a été quasiment divisé par 3 en l’espace de 2 ans,
de plus le gouvernement de la Polynésie française continue à subventionner au travers du FRPH (fonds de régulation des prix des hydrocarbures, NDLR) le prix de revient de l’énergie primaire (Fioul lourd) du concessionnaire et la baisse du kWh n’est que de seulement 4% ce qui nous paraît totalement inacceptable »
, énumère le SPER dans un communiqué.

 Ce qu’on veut leur dire (aux agents de la CRE, NDLR), c’est que tant que l’Électricité de Tahiti sera producteur d’électricité et en même temps distributeur d’électricité, il y a un décalage pour le respect de la concurrence », déclare Teva Sylvain. Le président du SPER souhaiterait que le gouvernement prenne en considération les producteurs d’énergies renouvelables. « Le territoire n’a pas bien saisi l’opportunité d’ouvrir le marché de l’électricité ou du moins ne nous le permet pas », estime Teva Sylvain. 

Le SPER a été rejoint par un collectif d’usagers composé de 10 000 personnes. Ils estiment que plusieurs éléments doivent être revus : le FPPH ( Fonds de Péréquation des Prix des Hydrocarbures, NDLR), la péréquation tarifaire, la formule tarifaire PETACE, et le FRPH. Selon eux, « ces mécanismes contribuent à empêcher la libre concurrence, la maîtrise des prix et le  développement des énergies renouvelables, pour une véritable transition énergétique. »

Le SPER et le collectif d’usagers comptent bien se faire entendre. Le syndicat a déposé deux recours. Le premier contre le FRPH et le second contre une concession accordée à EDT par le Pays sans qu’il y ait eu d’appel d’offres. De son côté, le collectif d’usagers a décidé de saisir le médiateur de la Polynésie française. 

Rédaction Web (Interview : Laure Philiber)

 
                 

Teva Sylvain, président du Syndicat polynésien des énergies renouvelables

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV