dimanche 7 mars 2021
A VOIR

|

Sous le sable… les détritus

Publié le

Publié le 22/11/2016 à 15:33 - Mise à jour le 22/11/2016 à 15:33
Lecture 2 minutes

Il ont enfilé leur paire de gants et bravé la pluie pour retirer le maximum de déchets le long de cette plage. Ces élèves de seconde en hygiène et propreté au lycée de Papara ne font pas un mètre sans ramasser canettes, plastiques, bouteille de verres , conserves et autres détritus . Ce site qui a tout pour plaire est malheureusement sale .

Anita Barsinas, fait partie de ces jeunes qui ont pris leur courage à deux mains pour nettoyer les incivilités des pollueurs. « C’est très sale. Il y a plein de gens qui viennent ici et qui jettent n’importe où leur détritus. Des canettes, des couches, des préservatifs etc… J’en ai ramassé tous les mètres. »

Pour elle, « Ce n’est pas normal. Il y a des poubelles qui sont faites pour cela. Ca m’énerve. Ils ne respectent pas l’environnement. »

Avec leur professeur, ces lycéens sont sensibilisés au tri des déchets. La classe souhaite aussi alerter la commune pour réprimander les pollueurs. 

Engalie Tanseau, est  professeur de biotechnologie au lycée de Papara. « Nous sommes dans la semaine européenne de la réduction des déchets et pour cette occasion, avec les secondes hygiène et propreté, nous avons décidé de faire une action. Un clean up day ».

Pour cette enseignante, « C’est important que les élèves se rendent compte que la pollution c’est un problème que l’on retrouve partout et c’est dommage. D’autant que nous avons de belles plages. (…) Mais c’est dur de changer le comportement des personnes. »

Si le nettoyage des plages n’est pas « la solution » à la pollution, c’est une des solutions. « C’est important qu’ils le fassent. Qu’ils transmettent le message, car les jeunes c’est l’avenir. »

Bilan de l’opération, 10 kilos de déchets ont été récoltés en moins d’une heure. Ces jeunes volontaires espèrent  que leurs efforts ne seront pas vains, et que les usagers de la plage quitteront à l’avenir  le site avec leurs détritus, au lieu de les jeter sur place.
 

Rédaction Web avec Thomas Chabrol et Tauhiti Tauniua Mu San.

infos coronavirus