mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Situation critique pour l’AEPF de Paris

Publié le

SOCIAL - Le bureau de l’Association des étudiants de Polynésie française (AEPF) qui rassemble de moins en moins de membres n’arrive pas à gérer les problèmes de son foyer : un appartement en plein cœur de Paris de 55m2 dont les charges sont colossales et des dettes qui s’accumulent… Plusieurs bureaux successifs ont tenté de le vendre ou de le rétrocéder au Pays, en vain.

Publié le 15/04/2019 à 14:56 - Mise à jour le 18/06/2019 à 15:07
Lecture 2 minutes

SOCIAL - Le bureau de l’Association des étudiants de Polynésie française (AEPF) qui rassemble de moins en moins de membres n’arrive pas à gérer les problèmes de son foyer : un appartement en plein cœur de Paris de 55m2 dont les charges sont colossales et des dettes qui s’accumulent… Plusieurs bureaux successifs ont tenté de le vendre ou de le rétrocéder au Pays, en vain.

Membre de l’association depuis 18 mois, Jérémie Stene, un jeune Marquisien étudiant à la Sorbonne, a été propulsé président de l’AEPF Paris en décembre dernier. Et au lieu de gérer les cours de danse ou les repas caritatifs de ma’a tahiti et autres bringues de son âge, il se retrouve face à la gestion de cet appartement.

« L’AEPF Paris doit payer toutes les charges de copropriété, les taxes, les factures… ce qui fait que pendant toute une année, le bureau de doit s’occuper de payer toutes ces charges et du coup, il ne peut pas s’occuper de faire des activités pour les jeunes Polynésiens, les adhérents. En moyenne, cela représente entre 4 000 et 6 000 euros, selon les années. C’est colossal et on peut pas payer ces charges » explique-t-il.

Surtout que l’association n’utilise plus l’appartement depuis des années, mais elle se réuni non loin de là à la délégation de la Polynésie française. Une situation qui date depuis de nombreuses années déjà. En 2015, les députés et même le président du foyer à l’époque s’étaient penchés sur la question épineuse… « Le but est que le territoire puisse revendre ce bien, et nous permettre d’avoir un autre lieu adéquat à nos activités » nous dit Kenji Liss, secrétaire adjoint de l’AEPF en 2015.

Quatre ans plus tard, la situation n’a donc pas évolué. Elle a même empiré : « Tous les ans, le bureau change, ce qui fait qu’il n’y a pas de suivi du dossier du foyer, de tous les problèmes qu’il y a au sein de l’AEPF… Et donc, petit à petit, on se rend compte que la situation ne s’arrange pas du tout, bien au contraire. Ce qui fait qu’on a de moins en moins de membres au sein de l’AEPF. C’est un problème qui nous coule » poursuit le président de l’Association.

Nicole Sanquer, qui était à l’époque Ministre de l’Education au Fenua et est aujourd’hui députée, assure avoir pourtant fait ce qu’il fallait : « J’avais préconisé qu’on choisisse un lieu beaucoup plus adapté, qu’on le prenne en location et non en vente. C’est la proposition que j’avais fait aux étudiants. Je sais que la rétrocession était en cours, mais je n’ai pas été suivie par le président de l’époque qui ne voulait pas de cette proposition, donc depuis, je ne sais pas ce qui s’est passé ».

Mais alors que va devenir ce boulet aux pieds des étudiants tahitiens d’île-de-France ? Selon eux, seul le Pays peut aujourd’hui répondre à cette question…

Rédaction web avec Eric Dupuy et Marie Segalas

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Burning Love, le clip « fait maison » empreint de bonne...

Les Heroes and Minivans ont sorti le premier clip vidéo d'une de leurs compositions, Burning Love. Un clip fait maison où règne la bonne humeur, à l'image des quatre artistes autodidactes qui forment le groupe.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV