mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

Sit in à l’aéroport pour aider Ludivine à retrouver Keishi

Publié le

Publié le 02/01/2017 à 17:03 - Mise à jour le 02/01/2017 à 17:03
Lecture 2 minutes

Elle passe ses journées à l’aéroport depuis près de trois semaines : Ludivine Marcelis est à la recherche de Keishi, son chat de 12 ans. L’animal transporté par fret de Bora Bora n’a jamais retrouvé sa maîtresse. Sa cage se serait ouverte suite à une erreur de manipulation et le chat se serait alors enfuit, comme nous vous le racontions le 28 décembre dernier. 

Depuis, Ludivine multiplie les demandes en espérant revoir son chat. Des trappes auraient été installées mais elles ne ferment pas et ne peuvent donc pas retenir la bête. Les autorités lui proposent de traiter la question comme un litige commercial, estimant qu’il s’agit d’un colis et non pas d’un être vivant. 

Keishi aurait été vu hier, mal en point, par un agent de l’aéroport… mais Ludivine ne peut avoir accès à l’emplacement où il se trouve :  » La première condition pour que j’accède au tarmac est que mon chat soit vu par un agent, et il a été vu par un agent hier soir et ce matin… Malheureusement, la personne qui peut commencer à demander cette autorisation est en RTT aujourd’hui… on est donc obligés d’attendre demain,  qu’elle reprenne le travail », explique la jeune femme. « Je ne savais pas qu’un aéroport avait des horaires de fonctionnaires! Je pense que vu la sécurité qu’on m’impose, il doit y avoir du personnel pour donner les autorisations! Keishi, ça fait 19 jours qu’il n’a pas mangé. Je l’ai perdu le 15 décembre 2016, aujourd’hui, on est le 3 janvier 2017, je pense qu’il est temps qu’ils se bougent et que j’aille le chercher. Mon chat est malade, il a 12 ans, il est en train de mourir, et je ne peux pas attendre 24 heures de plus, à 35°C, sans boire et sans manger ! » 
 

Rédaction web 

Interview de Ludivine Marcelis lors du sit-in à Faa’a

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

L’ « exploit » d’un navigateur à Hiva Oa à bord...

Son voilier de quatre mètres, qu'il a conçu et construit lui-même pour 4 000 euros (environ 477 000 Fcfp), ressemble à une coquille de noix. Pourtant, Yann Quénet vient de traverser deux océans à bord de son "Baluchon" et déconfine à Hiva Oa, aux Marquises.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV