A VOIR

|

Sécurité routière : “Les gens ne comprennent pas”, déplore la police nationale

Publié le

32 morts sur les routes du fenua depuis le début de l'année : c'est 10 de plus qu'en 2021 ou en 2020. Face à ces chiffres inquiétants, les autorités ont multiplié les actions de prévention et de répression. Des réquisitions judiciaires vont dorénavant durcir les contrôles, tous les week-end jusqu'à la fin de l'année.

Publié le 19/11/2022 à 14:58 - Mise à jour le 19/11/2022 à 17:10
Lecture 2 minutes

32 morts sur les routes du fenua depuis le début de l'année : c'est 10 de plus qu'en 2021 ou en 2020. Face à ces chiffres inquiétants, les autorités ont multiplié les actions de prévention et de répression. Des réquisitions judiciaires vont dorénavant durcir les contrôles, tous les week-end jusqu'à la fin de l'année.

Invité de notre journal du 13 novembre, le procureur général de la Polynésie française Thomas Pison rappelait sa vision en matière de sécurité routière : “Je crois que là aussi il ne fait pas toujours demander à l’État ou au Pays. À nous aussi de faire cet effort lorsqu’on est devant son volant”.

Une vision bientôt concrétisée, avec une systématisation des contrôles routiers le week-end, et ce jusqu’à la fin de l’année civile.

Mario Banner, directeur territorial de la Police Nationale, rappelle un discours qui a été maintes fois entendu ces derniers temps : “Devant ce nombre impressionnant de morts (32 depuis le début de l’année, NDLR), il faut qu’on mette en commun nos actions de prévention et de répression de la gendarmerie et de la police“.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

Mais la police nationale ne se contente pas de ces actions de sécurité routière, puisque le procureur de la République a donné des réquisitions judiciaires qui lui permettent de fouiller les coffres, aidée par les chiens. Cela dans le but que la police “puisse également procéder à l’interpellation des gens en possession de produits stupéfiants, comme le paka ou l’ice“.

On est arrivés au stade où il y en a marre de parler, les gens ne comprennent pas, déplore M. Banner. Maintenant, on va passer à la deuxième vitesse de la répression“.

“Il ne se passe pas un week-end sans qu’il y ait un ou des morts”

En effet, le Haut-commissaire de la République lui-même s’est déplacé sur le terrain pour marquer le coup : “j’ai demandé aux policiers et aux gendarmes d’intensifier les contrôles, qui vont monter crescendo d’ici la fin de l’année […] Je rappelle que pour chaque mort il y a 4 blessés graves en moyenne, et 10 blessés légers, précise Éric Spitz. Ce sont des familles, des drames familiaux, des personnes qui restent handicapées à vie… Ce sont ces drames que nous souhaitons éviter“.

Lire aussi : Accident sur la RDO : une jeune femme de 26 ans perd la vie

Éric Spitz a par ailleurs annoncé que les contrôles seraient dorénavant effectués avec “une intensité de plus en plus grande. Il ne se passe pas un week-end sans qu’il y ait un ou des morts sur les routes“. Avant d’anticiper et de souhaiter le moins d’accidents de la route possible sur les routes du fenua : “Je veux un beau Noël et de bonnes fêtes de fin d’année pour toutes les familles polynésiennes“, a-t-il conclu.

Bilan de l’opération de contrôle du vendredi 18 novembre 2022 :

Zone GENDARMERIE : 49 personnes mobilisées dont 13 mutoi
485 voitures légères (Vls) et 2 Roues Motrices (RM) contrôlés :
37 immobilisations, 85 infractions au total,
7 Conduite sous l’empire d’un état alcoolique,
7 conduites sous l’emprise de stupéfiants,
1 casque, 5 pneu lisse, 11 défauts assurance, 6 ceintures, 3 défauts de permis