dimanche 5 avril 2020
A VOIR

|

Sécurité : les policiers communaux se forment

Publié le

14 mutoi sélectionnés en 2017 sont devenus moniteurs au sein de leur commune. Avec un spécialiste du self-défense, ancien membre d’un groupe d’intervention, ils ont appris les gestes et techniques d’interpellation en simulant des mises en situation.

Publié le 07/02/2020 à 11:46 - Mise à jour le 07/02/2020 à 14:39
Lecture 3 minutes

14 mutoi sélectionnés en 2017 sont devenus moniteurs au sein de leur commune. Avec un spécialiste du self-défense, ancien membre d’un groupe d’intervention, ils ont appris les gestes et techniques d’interpellation en simulant des mises en situation.

Les policiers municipaux, déjà rompus à ces techniques d’interpellation, perfectionnent leurs acquis. Ils ont obtenu la qualification pour être moniteur afin de former leurs collègues agents de police judiciaire adjoints ainsi que les nouveaux entrants. « On peut tomber sur un cas de violence conjugale où il y a un couteau ou une bouteille cassée entre les mains du concubin ou de la concubine. Donc à un moment donné, il va falloir réfléchir avant de pouvoir progresser sur les personnes » explique Tommy Tuaiva, policier municipal.

Ce stage permet de maintenir les compétences professionnelles. Avec un formateur spécialiste en self-défense, ils travaillent leurs capacités physiques et techniques : maniements du tonfa, mises au sol, palpations, menottages… Ce stage s’adapte à l’évolution de la délinquance en Polynésie.

« Le groupe qu’on est en train de monter, des moniteurs de la Polynésie française, est complètement à part. C’est une école de police municipale avec des moniteurs qui ont un savoir-faire propre à leur métier, et qui est un peu différent de celui des policiers nationaux et des gendarmes qui ont leurs particularités et un équipement différent » déclare Thierry Delhief, formateur d’unités de police.

Sans arme létale, les policiers municipaux usent d’abord de la négociation avant d’aller au contact physique en cas d’interpellation.

Chaque moniteur organise des séances hebdomadaires dans sa brigade respective pour se préparer aux diverses situations rencontrées sur la voie publique. « Là, je travaille sur des méthodes, des techniques. Et cela me permet surtout de pouvoir les reproduire avec les collègues en brigade, et optimiser les gestes que l’on apprend lors des formations » nous dit Apaura Wahker, policière municipale.

Les mutoi sont souvent les premiers à intervenir sur les lieux pour des faits de violence ou troubles de l’ordre public.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Plus d’un million de cas du nouveau coronavirus officiellement...

Au moins 1 000 036 cas d’infection, parmi lesquels 51 718 décès, ont été détectés dans 188 pays et territoires, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles vers 19H00 GMT.

Le tourisme entraîne l’économie bleue dans sa chute

L’onde de choc du coronavirus touche de plein fouet l’économie maritime, intimement lié au tourisme. Pêche, transport, maintenance navale, perliculture, aquaculture : les prévisions dans tous les secteurs sont de très mauvais augure, avec une chute de l’activité de 50% à 100% pour le mois d’avril. Du jamais vu selon le cluster maritime de Polynésie française, inquiet pour les filières non prioritaires.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV