A VOIR

|

Se loger aux Tuamotu : le casse-tête des familles

Publié le

Fakarava et une partie de ses communes associées ont reçu, dimanche et lundi, la visite d’une délégation menée par le président du Pays, le haut-commissaire, et plusieurs ministres. Délégation qui a fait le tour des opérations d’aménagement et de développement de l’atoll. Parmi les attentes de la population : un meilleur accès au logement individuel. Car il ne suffit pas d’avoir des terres, pour devenir propriétaire.

Publié le 21/10/2022 à 8:33 - Mise à jour le 21/10/2022 à 9:59
Lecture 2 minutes

Fakarava et une partie de ses communes associées ont reçu, dimanche et lundi, la visite d’une délégation menée par le président du Pays, le haut-commissaire, et plusieurs ministres. Délégation qui a fait le tour des opérations d’aménagement et de développement de l’atoll. Parmi les attentes de la population : un meilleur accès au logement individuel. Car il ne suffit pas d’avoir des terres, pour devenir propriétaire.

L’accès à la propriété, et à un logement correctement aménagé : nombreuses sont les familles de l’atoll qui en rêvent. Mais contrairement à ce qu’imaginent les citadins de Tahiti : ce n’est pas forcément plus facile dans les îles. “À part l’indivision, il y a toute une paperasse qu’il faut faire. Monter un dossier, ne serait-ce que pour une petite maison. ca c’est une difficulté Après il y a le prix. Tout vient de Papeete et c’est assez cher. On a des personnes qui sont là, qui travaillent à la mairie pour les plans etc. mais je pense qu’ils n’ont pas les compétences”, estime Carmen Snow, habitante de l’atoll.

Les atolls des Tuamotu voient émerger, depuis quelques années, des lotissements. Un type d’habitat privilégié dans les zones urbaines… Et pourtant, à chaque visite d’une délégation, la population formule des demandes.

Lundi, Fareana, résidence aménagée à Fakarava, a été inaugurée. Le fruit de 6 ans d’attente pour Lindsay et sa famille : “Il faut que la famille veuille t’aider dans les démarches administratives. Avant cette maison, j’étais en location et ce n’est pas donné. Maintenant c’est à partir de 70 000 ou 90 000 Fcfp le mois.”

C’est un système de location-vente qui a été établi pour cette résidence. Les familles doivent débourser 12 000 Fcfp mensuels pendant 5 ans pour devenir propriétaires. “Il y a une volonté du Pays d’inverser le flux migratoire au travers du schéma général d’aménagement de la Polynésie. Et pour inverser, il faut qu’il y ai des activités. Nous avons par exemple décidé d’ouvrir à l’international les Tuamotu de l’Ouest. (…) C’est au travers des activités économiques donc du tourisme, de la pêche, de l’agriculture, l’artisanat mais également des prestataires touristiques. C’est au travers de ces moyens là qu’on peut fixer les populations dans les îles.”

Ce sont les contrats de projet qui ont permis à ces constructions de voir le jour. D’autres terrains, notamment dans les communes associées de Fakarava font l’objet d’études pour multiplier les aménagements. Des programmes identiques ont été lancés à Makemo, Manihi, Hao et Kaukura.