dimanche 26 juin 2022
A VOIR

|

Santé : un espace numérique pour les dossiers médicaux dans les tuyaux

Publié le

Pour mieux suivre les dossiers médicaux, la direction de la Santé souhaite rendre le parcours de soins des patients polynésiens accessible à l’ensemble des professionnels de santé via une plateforme en ligne. Dans ce coffre-fort numérique figureraient toutes nos données de santé.

Publié le 20/06/2022 à 17:29 - Mise à jour le 20/06/2022 à 18:24
Lecture 2 minutes

Pour mieux suivre les dossiers médicaux, la direction de la Santé souhaite rendre le parcours de soins des patients polynésiens accessible à l’ensemble des professionnels de santé via une plateforme en ligne. Dans ce coffre-fort numérique figureraient toutes nos données de santé.

La direction de la Santé envisage de suivre le virage technologique pris par la France en mettant à disposition des professionnels du public et du privé un dossier médical partagé. Dans ce carnet de santé version numérique, on trouverait ainsi les comptes-rendus de diagnostics, les résultats d’analyses ou encore l’imagerie médicale.

Le patient pourrait échanger des informations grâce à une messagerie sécurisée, enregistrer les rendez-vous médicaux et clarifier l’historique des soins reçus auprès des professionnels de santé.

Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision

L’objectif est de limiter les pertes d’informations, voire des doublons de prescription et améliorer la prise en charge du patient. Gros avantage de cette plateforme : l’historique des soins est alimenté automatiquement après chaque consultation.

Actuellement, les échanges entre l’hôpital public et les médecins du privé ne sont pas systématiques. Le gain d’efficacité dans la pratique au quotidien des professionnels du fenua serait donc considérable.

Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision

Une plateforme santé en ligne nécessite des structures performantes et des serveurs répondant aux plus hautes normes de sécurité qui n’existent pas actuellement en Polynésie. La direction de la Santé se donne jusqu’en 2026 pour préparer ce nouvel outil.

infos coronavirus