vendredi 18 juin 2021
A VOIR

|

Salon de la gastronomie : trois lycéens pour défendre les couleurs de la Polynésie

Publié le

Publié le 29/01/2018 à 15:57 - Mise à jour le 29/01/2018 à 15:57
Lecture 2 minutes

1.5 tonne de produits expédiés, une dizaine de représentants des arts de la table et de l’agriculture et des jeunes du lycée hôtelier : le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens pour le salon de la gastronomie des Outre-mer. L’évènement aura lieu du 2 au 4 février à Paris.
 
La Polynésie y sera représentée. Yvette Tapea-Temauri, présidente de la chambre d’agriculture de Polynésie, explique :
 
« La cuisine qu’on a en Polynésie, ce n’est pas pareil que celle créole. Il y a quelque chose de différent et d’unique aussi que nous, nous voudrions partager avec les outre-mer qui sont là et surtout avec la France entière. »
 
Pour faire découvrir cette richesse culinaire, de nombreux chefs ont fait le déplacement. Trois élèves du lycée hôtelier de Punaauia sont aussi de la partie.
Alann, Jason et Tehuiarii défendront les couleurs de la Polynésie lors du trophée de Babette. Le concours distinguera le meilleur chef en herbe ultra-marin. Une première expérience qu’ils espèrent riche.
Au-delà de la performance, c’est surtout les rencontres qui intéressent Jason Ho. Le lycéen raconte :
 
« Il va y avoir des grands chefs étoilés que j’admire beaucoup. Je souhaite les rencontrer, échanger quelques mots. Pourquoi pas, après ma formation, revenir dans une de leurs maisons et faire mes armes pour continuer un peu en Europe avant de revenir sur Tahiti… »

Parmi les découvertes culinaires du fenua : le ma’a Tahiti mais aussi des perles noires en chocolat, dessert proposé par Bénédicte Sauvage, chef pâtissière du Cocos et une julienne de papaye avec un espuma orea du chef Nicolas Baretje, du Haumana.
 
Des animtions musciales et dansantes sont aussi prévues sur le stand du fenua.
L’animation musicale et les danses sur le stand seront assurées par Kearena.
 

Rédaction web avec Eric Dupuy 

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.