mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Saison cyclonique : quels abris pour les SDF ?

Publié le

Publié le 03/10/2015 à 10:28 - Mise à jour le 03/10/2015 à 10:28
Lecture 2 minutes

Fin septembre, Météo France a annoncé en conférence de presse que le risque cyclonique en Polynésie  est de plus de 90% pour cette saison chaude. Les autorités appellent la population à se préparer : faire des provisions, acheter une radio, sécuriser son habitation… Mais comment faire lorsqu’on n’a pas de toit au-dessus de la tête ?
Sans domicile fixe depuis 7 ans, originaire des Australes, une jeune femme de Papeete témoigne : « je ne pense pas au cyclone. Qu’il fasse son travail. je reste comme ça. (…) Je n’envisage même pas de me préparer ». 

Pourtant, des solutions existent pour les sans-abris. Les églises sont toujours ouvertes et prêtes à les accueillir. « La dernière fois (lors du cyclone Oli, NDLR), on l’a fait en urgence. Cette fois-ci la mairie nous a contactés pour demander si on ouvrait la Cathédrale. Il n’y a aucun souci parce qu’effectivement ça semble être un lieu central, solide. On le fera avec plaisir », assure Père Christophe au micro de Tahiti Nui Télévision. « On peut accueillir facilement une centaine de personnes », ajoute-t-il. 

Pour le religieux, le bâtiment est suffisamment solide pour résister à un cyclone. Et dans les îles, selon Père Christophe, « ce qui est le principe et la tradition, les Églises restent toujours des lieux de refuge, car ce sont à peu près les seuls bâtiments qui soient solides, avec des murs épais. Mais on n’a pas prévu quelque chose particulièrement pour les cyclones. On est plutôt invités par les pouvoirs publics à mettre à disposition tel ou tel local », explique-t-il. 

Rédaction Web (Interviews : Hitiura Mervin/ Brandy Tevero)

Père Christophe

Une SDF

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV