vendredi 3 décembre 2021
A VOIR

|

Saga 2021 : “on a des enfants qui rayonnent”, confie Doudou

Publié le

La 29e édition de la Saga se tiendra du 27 au 1er août, sur le site du Motu Ovini à Papeari. Malgré les difficultés sanitaires et financières, plus de 700 enfants vont pouvoir se retrouver et profiter des nombreuses activités programmées à Papeari. L'organisateur du projet, Henry Cornette de Saint Cyr dit Doudou, était notre invité mercredi soir.

Publié le 03/06/2021 à 11:39 - Mise à jour le 03/06/2021 à 11:45
Lecture 2 minutes

La 29e édition de la Saga se tiendra du 27 au 1er août, sur le site du Motu Ovini à Papeari. Malgré les difficultés sanitaires et financières, plus de 700 enfants vont pouvoir se retrouver et profiter des nombreuses activités programmées à Papeari. L'organisateur du projet, Henry Cornette de Saint Cyr dit Doudou, était notre invité mercredi soir.

Où est-ce que vous en êtes en terme d’organisation ?
“L’organisation se déroule bien. D’abord, pratiquement tous les enfants ont été sélectionnés et choisis par les services sociaux, en lien avec les communes bien sûr. On aura des enfants des îles encore cette année. Des enfants de Hiva Oa, de Fakarava, de Hao, de Tubuai et de Moorea également”.

Vous en faîtes profiter les enfants des îles également malgré la situation sanitaire ?
“Oui, ça n’a pas posé de problème particulier”.

Comment se porte votre choix sur la sélection de ces enfants, pour participer à la Saga ?
“Les critères sont toujours les mêmes mais ce sont des critères qu’on a mis en place avec les services sociaux. On prend beaucoup d’enfants dans les quartiers prioritaires mais ce sont souvent des carencés sur le plan éducatif, affectif. Des enfants qui ont besoin de sortir. On a un petit peu de tout”.

Il arrive que ces enfants participent plusieurs fois à la Saga ?
“Oui bien sûr. Les enfants sous assistance éducative reviennent régulièrement, mais eux, on s’en fait une obligation. Et c’est très bien, parce que ce sont des enfants qui n’ont pas eu de chance dans la vie et si on peut leur offrir ça, il faut vraiment le faire”. “Ils sont très heureux, et puis ce sont des enfants qui se débrouillent bien. Et ce sont des enfants qui ont par la suite un rôle, parce que certains deviennent aide moniteur et on les suit, ils continuent l’activité avec nous. Donc ils grandissent aussi, quelque part, avec nous”.

C’est ça qui vous motive Doudou à organiser la Saga chaque année ? Cela fait presque 30 ans.
“Oui, on a des enfants qui rayonnent, des enfants qui se transforment aussi. On a vraiment conscience qu’on a un vrai rôle d’éducateur et on le joue pleinement et on est content de le faire. Ca nous fait grandir”.

Quels ont été les difficultés pour l’organisation cette année ? Ce sont les mêmes ou la crise sanitaire a changé votre mode d’opérer ?
“On est passé en dehors des gouttes, on a eu de la chance par rapport à ça. La crise sanitaire, c’est sûr que ça nous a fait réfléchir mais entre temps, les mesures se sont assouplies. On craignait de ne pas avoir toutes les familles d’accueil, mais finalement, on les a toutes. On a 60 familles d’accueil qui sont inscrites. Le 17 de ce mois, nous avons une grande réunion avec elles […]. En terme de matériel, nous sommes en pleine préparation parce que jusqu’à présent, on était toujours en navigation. Là on a arrêté nos activités et on répare tous les bateaux, parce qu’il faut tout vérifier, tout préparer. On a une centaine d’embarcations à envoyer sur Papearii. Ca va se faire en camion et également par la mer, c’est une grosse affaire”.

C’est dans 1 mois, vous êtes en train de boucler votre budget ?
“Non, le budget n’est pas bouclé mais ça, bon, on a un peu l’habitude. On ne peut rien exiger, c’est pour ça qu’on fait beaucoup d’opérations. […] On a prévu vendredi, samedi et dimanche prochain cette opération Carrefour, qui consiste à récupérer des dons, récupérer des bons d’achats, récupérer aussi des goûters pour les enfants pour ces 5 semaines. Et puis on va vendre aussi des tee-shirts. […] C’est un budget de plusieurs dizaines de millions”.

Si vous souhaitez faire un don en numéraire, rendez-vous sur la plateforme de crowdfunding Anavai

infos coronavirus