samedi 10 avril 2021
A VOIR

|

Saga 2020, c’est parti !

Publié le

La 28ème édition de la Saga a débuté aujourd’hui. Grâce au soutien des fidèles partenaires, du ministère des Sports, du contrat de ville et de la mairie de Teva i Uta, et malgré la crise du Covid-19, la Saga se tient bien cette année mais sous la forme de deux CLSH (centres de loisirs sans hébergement).

Publié le 06/07/2020 à 16:22 - Mise à jour le 06/07/2020 à 16:31
Lecture 2 minutes

La 28ème édition de la Saga a débuté aujourd’hui. Grâce au soutien des fidèles partenaires, du ministère des Sports, du contrat de ville et de la mairie de Teva i Uta, et malgré la crise du Covid-19, la Saga se tient bien cette année mais sous la forme de deux CLSH (centres de loisirs sans hébergement).

Ce lundi matin, les jeunes participants à cette aventure se sont donnés rendez-vous à Arue et à Papearii. Humant l’air de l’océan, 250 enfants de la commune de Teva i Uta savourent la liberté que leur procure cette sortie en catamaran sur le plan d’eau de Papearii. Une sortie encadrée par les moniteurs de la Saga 2020 qui veillent à ce que tout se passe bien.

« On a mis en place cette opération pour 250 enfants pendant cinq semaines, en accueillant que des enfants de la commune de Teva i Uta. (…) Et en parallèle, on a mis en place une deuxième saga sur Arue pour accueillir des enfants de la commune, mais aussi de Mahina, de Pirae et de Papeete. Les enfants sont choisis uniquement et essentiellement dans les quartiers prioritaires » explique Henri Cornette de Saint-Cyr dit « Doudou », fondateur de la Saga.

À Arue, 120 enfants issus des quartiers prioritaires de Mahina, Arue, Pirae et Papeete, participent donc aussi à cette nouvelle édition de la Saga.  

Lire aussi > La Saga se fera, malgré la crise

Malgré un budget divisé par deux, de l’ordre de 20 millions de Fcfp en raison de la crise sanitaire, les organisateurs et leurs fidèles partenaires ont tenu à ce que la Saga puisse se faire aussi cette année. Car ce sont 5 semaines qui marqueront les enfant de Teva i Uta au cours de cette aventure sportive et humaine : « Il y a une véritable demande. On sait que pendant les grandes vacances, il y a beaucoup d’enfants qui traînent, qui sont oisifs… il y a des enfants qui n’ont jamais d’activité. Et la Saga, c’est l’occasion de sortir ces enfants de l’anonymat, de leur proposer des activités qui les met en valeur. C’est aussi très instructif parce qu’il y a beaucoup d’intervenants autour de ces enfants. Les enfants en ressortent grandis avec une ouverture d’esprit. Il y a beaucoup de partage, une équipe qui est à leur écoute, qui les valorise, et qui leur donne de l’intérêt. Un enfant qui a fait une Saga n’oublie pas. En général, ils veulent toujours revenir d’ailleurs ».

La Saga qui a démarré ce lundi 6 juillet prendra fin le 7 août, veille de rentrée des classes.

infos coronavirus