mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Saga 2020, c’est parti !

Publié le

La 28ème édition de la Saga a débuté aujourd’hui. Grâce au soutien des fidèles partenaires, du ministère des Sports, du contrat de ville et de la mairie de Teva i Uta, et malgré la crise du Covid-19, la Saga se tient bien cette année mais sous la forme de deux CLSH (centres de loisirs sans hébergement).

Publié le 06/07/2020 à 16:22 - Mise à jour le 06/07/2020 à 16:31
Lecture 2 minutes

La 28ème édition de la Saga a débuté aujourd’hui. Grâce au soutien des fidèles partenaires, du ministère des Sports, du contrat de ville et de la mairie de Teva i Uta, et malgré la crise du Covid-19, la Saga se tient bien cette année mais sous la forme de deux CLSH (centres de loisirs sans hébergement).

Ce lundi matin, les jeunes participants à cette aventure se sont donnés rendez-vous à Arue et à Papearii. Humant l’air de l’océan, 250 enfants de la commune de Teva i Uta savourent la liberté que leur procure cette sortie en catamaran sur le plan d’eau de Papearii. Une sortie encadrée par les moniteurs de la Saga 2020 qui veillent à ce que tout se passe bien.

« On a mis en place cette opération pour 250 enfants pendant cinq semaines, en accueillant que des enfants de la commune de Teva i Uta. (…) Et en parallèle, on a mis en place une deuxième saga sur Arue pour accueillir des enfants de la commune, mais aussi de Mahina, de Pirae et de Papeete. Les enfants sont choisis uniquement et essentiellement dans les quartiers prioritaires » explique Henri Cornette de Saint-Cyr dit « Doudou », fondateur de la Saga.

À Arue, 120 enfants issus des quartiers prioritaires de Mahina, Arue, Pirae et Papeete, participent donc aussi à cette nouvelle édition de la Saga.  

Lire aussi > La Saga se fera, malgré la crise

Malgré un budget divisé par deux, de l’ordre de 20 millions de Fcfp en raison de la crise sanitaire, les organisateurs et leurs fidèles partenaires ont tenu à ce que la Saga puisse se faire aussi cette année. Car ce sont 5 semaines qui marqueront les enfant de Teva i Uta au cours de cette aventure sportive et humaine : « Il y a une véritable demande. On sait que pendant les grandes vacances, il y a beaucoup d’enfants qui traînent, qui sont oisifs… il y a des enfants qui n’ont jamais d’activité. Et la Saga, c’est l’occasion de sortir ces enfants de l’anonymat, de leur proposer des activités qui les met en valeur. C’est aussi très instructif parce qu’il y a beaucoup d’intervenants autour de ces enfants. Les enfants en ressortent grandis avec une ouverture d’esprit. Il y a beaucoup de partage, une équipe qui est à leur écoute, qui les valorise, et qui leur donne de l’intérêt. Un enfant qui a fait une Saga n’oublie pas. En général, ils veulent toujours revenir d’ailleurs ».

La Saga qui a démarré ce lundi 6 juillet prendra fin le 7 août, veille de rentrée des classes.

REPORTAGEThierry Teamo

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La tension monte au CHPF

Mise à jour du 10/08/2020 : Nathalie Boivin ne quittera finalement pas le service des urgences de l'hôpital. Les agents du...

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Initié à Raiatea il y a 2 ans, le programme "Faito tano" rassemble aujourd’hui près d’une centaine de familles des îles Sous-le-Vent. L’objectif de ce projet est de lutter contre le surpoids et l’obésité dès le plus jeune âge. Un travail d’accompagnement mené en collaboration avec plusieurs partenaires et soutenu par le ministère de la Santé et la CPS.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV