fbpx
lundi 9 décembre 2019
A VOIR

|

Toujours mobilisés contre la “route du sud”

Publié le

Ils étaient près de 300 ce lundi matin, à la marche contre le projet de "route du sud". La majorité n'est pas contre cette route de dégagement, car elle devient nécessaire, par contre elle dit non aux expropriations.

Publié le 11/11/2019 à 17:02 - Mise à jour le 12/11/2019 à 11:55
Lecture < 1 min.

Ils étaient près de 300 ce lundi matin, à la marche contre le projet de "route du sud". La majorité n'est pas contre cette route de dégagement, car elle devient nécessaire, par contre elle dit non aux expropriations.

Dès 6 heures ce lundi matin, les participants à la marche de protestation se sont rassemblés sur l’un des deux points de départ de la marche. A 8 heure, le cortège s’avance sur la route de ceinture. Les participants sont majoritairement des habitants des zones impactées par la future route du Sud. “elle va être construite par dessus nos maisons, après on ne sait plus où on va aller” confie l’une des habitante de la commune, tandis qu’un autre affirme ne pas être contre le gouvernement mais contre une décision du gouvernement. Ce n’est pas tant la construction de cette route du sud qui gène mais l’endroit où elle doit être construite: “on n’est pas contre la route, on est contre le tracé d’aujourd’hui” qui touche plusieurs foyers.

Aux alentours de 9 heures les deux cortèges se rejoignent à la mairie de Paea. Ils sont alors près de 300 dont plusieurs membres du conseil municipal. Premier adjoint au maire de Paea, Jean-Claude HAPAIRAI regrette que le conseil municipal n’ait pas été consulté avant la publication du Plan Général d’Aménagement.

Le gouvernement a rencontré les résidents des zones touchées par la future route du Sud, mais selon ces derniers rien n’a encore été clarifié: “il est venu nous dire que le gouvernement n’était pas prêt par rapport à ce projet et c’est ce qui nous a inquiété. Comment ça se fait que ce projet est présenté dans le PGA alors que le gouvernement dit qu’il n’est pas prêt”.

Dans l’attente de précisions du Gouvernement, la population de Paea reste vigilante sur l’avancée du projet de “route du sud”.

Fruits et légumes : la guerre des marges

Les maraîchers du fenua tirent la sonnette d’alarme. Le 15 février de cette année, sans concertation avec les producteurs, le gouvernement retire tous les fruits et légumes de la liste des PPN et des PGC, à la demande de la fédération générale du commerce. Chaque commerçant devient donc libre de fixer ses prix. Deux syndicats agricoles demandent au gouvernement des marges réglementées pour sauver l’agriculture locale.

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Échouage du Tahiti Nui IV : Rere Puputauki pourrait...

Le naufrage du Tahiti Nui IV survenu le 2 septembre 2003 au large de Rimatara a été évoqué ce mardi matin au tribunal administratif. Sept personnes avaient perdu la vie.

Liste indicative des biens français : à Paris, le...

Le ministre de la Culture et de l’Environnement, en charge de l’Artisanat, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a rencontré, lundi, à Paris, Pascal Liévaux et...

Comment lutter contre le trafic de drogue en Polynésie

L’auteur de la course-poursuite du 28 novembre dernier est passé en comparution immédiate lundi 2 décembre au tribunal. Il encourt plusieurs années de prison après avoir forcé un barrage de police et blessé des agents de la DSP. Un fait rare au fenua que nous évoquons avec notre invité, le Directeur de la Sécurité Publique, Mario Banner.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X