samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Route de Heiri : bientôt la fin du calvaire

Publié le

Les travaux de rebitumage de la route de Heiri ont enfin démarré lundi à hauteur de l’école maternelle. Un chantier attendu depuis plus d’une vingtaine d’années par les riverains. Cet après-midi, le ministre de l’Equipement et le ministre de l’Aménagement étaient sur place pour faire le point sur l’avancée des travaux.

Publié le 18/07/2019 à 16:49 - Mise à jour le 18/07/2019 à 17:50
Lecture 2 minutes

Les travaux de rebitumage de la route de Heiri ont enfin démarré lundi à hauteur de l’école maternelle. Un chantier attendu depuis plus d’une vingtaine d’années par les riverains. Cet après-midi, le ministre de l’Equipement et le ministre de l’Aménagement étaient sur place pour faire le point sur l’avancée des travaux.

Fini les parcours chaotiques sur cette route usée par le temps. Bientôt, les riverains de Heiri pourront enfin emprunter cette portion de route sans craindre d’abîmer leur véhicule. Une situation pesante qui aura duré plus de 20 ans. « Cela fait des années que nous attendons que les travaux de remise en état de cette chaussée soient réalisés. (…) Les gens sont soulagés qu’aujourd’hui, enfin, on exécute les travaux et qu’on refasse la chaussée » a déclaré Robert Maker, premier maire adjoint de Faa’a.

Les travaux de bitumage ont démarré le 15 juillet et doivent se poursuivre sur une période de 4 mois, jusqu’au mois de novembre. L’opération consiste en la réfection partielle de la route de Heiri sur environ 430 mètres. Les aménagements débutent à 80 mètres environ de la route de ceinture.

Le ministre de l’Equipement et des transports terrestres, René Temeharo, et le ministre du Logement, et de l’Aménagement du territoire, Jean-Christophe Bouissou, ont présenté, jeudi après-midi, en présence du premier adjoint au maire de Faa’a, Robert Maker, les travaux de réfection de la route de Heiri.
(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Mais pour que ces travaux puissent se faire, il aura d’abord fallu à la commune de Faa’a procéder à la rétrocession de cette servitude au Pays, car il ne s’agit pas seulement de réhabiliter la route, et procéder à de nombreux aménagements : « On va aménager des parkings, un arrêt de bus… On va aussi mettre en place des trottoirs qui seront en béton coloré et non plus en bitume. (…) On va aussi reprendre les canalisations d’eau pluviale car nous avons une rivière à côté. Nous avons négocié avec les propriétaires qui nous donnent un peu d’espace pour cadrer correctement l’aménagement tant pour les véhicules que pour les camions et les passages piétons » explique René Temeharo, ministre de l’équipement.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Un chantier qui a donc débuté aux abords de l’école maternelle de Heiri afin que cette partie de la route soit opérationnelle dès la rentrée prochaine. Les ouvriers s’attaqueront ensuite à la deuxième tranche de l’opération. Coût total de l’investissement : près de 171 millions de Fcfp.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Report du Conseil de la perliculture

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, et sur proposition du Vice-président de la Polynésie française, ministre en charge de l’Économie bleue, Teva Rohfritsch, il a été décidé de reporter la réunion du Conseil de la perliculture, prévue le jeudi 13 août.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV