mercredi 2 décembre 2020
A VOIR

|

Retraites : « nous nous sommes assurés » que le paiement « va être fait » déclare Patrick Galenon

Publié le

Le président du Conseil d'administration de la Caisse de prévoyance sociale (CPS) Patrick Galenon, était l'invité de notre journal mercredi :

Publié le 11/06/2020 à 10:10 - Mise à jour le 11/06/2020 à 10:10
Lecture 3 minutes

Le président du Conseil d'administration de la Caisse de prévoyance sociale (CPS) Patrick Galenon, était l'invité de notre journal mercredi :

Le Vice président et le ministre de la Santé ont rencontré mardi après-midi, le conseil d’administration et la direction de la Caisse de prévoyance sociale pour évoquer les conséquences de la crise sanitaire et la situation financière de la CPS.

Patrick Galenon a indiqué que la CPS avait engagé des démarches auprès de l’Etat. Objectif : obtenir un soutien financier. De son côté, le gouvernement a lui aussi sollicité l’Etat

En l’absence de dispositif de subvention, le pays a sollicité la garantie de l’Etat pour deux emprunts. Le 1er de 37 milliards pour la Polynésie, le second est de 19 milliards pour la CPS.

Tahiti Nui télévision : La situation financière de la CPS est inquiétante ?
Patrick Galenon : « Oui bien sûr elle est inquiétante puisque nous avons les cotisations à partir des sociétés et vous savez que les sociétés sont en grande difficulté. Mais dès le mois de mars nous avions fait des hypothèses. Nous savions que nous allions être en grande difficulté et nous avons tout de suite fait les démarches auprès de l’Etat pour un emprunt qui pourrait faire en sorte que la CPS ne se retrouve pas dans des difficultés trop dramatiques. »

Aujourd’hui, quelles sont les réserves de la CPS ?
« Les réserves de la CPS sont à hauteur de 17 milliards mais il faut savoir par exemple que les cotisations mensuelles sont à hauteur de 8 milliards dont 3.2 milliards chaque mois pour la caisse de retraites. Et 3 milliards de retraites, il faut les payer tous les mois. Nous nous sommes assurés que ça va être fait et c’est pour ça que nous avons fait cette démarche d’emprunt de 19 milliards auprès de l’Etat et d’après les échos que nous avons de la part de l’Etat, c’est en très très bonne voie. »

Combien de temps la CPS va pouvoir tenir pour garantir le versement des allocations et des retraites si éventuellement votre demande d’aide de la part de l’Etat n’aboutit pas ?
« Nous avons confiance en notre demande. Nous avons eu des assurances de l’Etat et je suis sûr que le territoire aussi est dans la même démarche pour que la CPS ne se retrouve pas dans des difficultés. Mais il faut savoir, avec les réserves que nous avons, plus l’emprunt que nous aurons de l’Etat, on pense tenir 1 an, 1 an et demi pour pouvoir faire en sorte que les sociétés, à ce moment-là, on l’espère, puissent se relever et que les sociétés puissent retrouver une santé pour que les cotisations puissent être prélevées. Je le répète : 8 milliards ce sont l’ensemble des cotisations, et 3.2 milliards, c’est chaque mois pour les retraités. »

Emile Vernier, le président du Sdiraf s’inquiétait de l’avenir du versement des retraites. Vous confirmez que les retraites seront assurées ?
« Je suis étonné, de la part de monsieur Vernier, c’est un ami mais il connait très bien les chiffres. Il fait partie du COSR (conseil orientation et de suivi des retraites, NDLR) et c’est la CPS qui suit le COSR donc il a tous les chiffres donc je ne comprends pas. Mais en tout cas si on parle du remboursement, nous avons proposé au Pays une réforme de la PSG (Protection sociale généralisée, NDLR) et notamment sur l’allocation complémentaire de retraites. Il n’est pas normal aujourd’hui qu’un salarié au Smig fasse 25 ans de travail pour pouvoir bénéficier de la même valeur que ces allocations. Donc il faut que ces allocations complémentaires de retraite puissent être prises en charge par le Pays. Quand ces allocations complémentaires de retraite seront prises en charge par le Pays, nous pourront rembourser les 800 millions, 900 millions qu’il nous faudra pour rembourser notre prêt. »

infos coronavirus