vendredi 22 janvier 2021
A VOIR

|

Retour sur les grandes épidémies qui ont frappé la Polynésie ces dernières années

Publié le

Les cas de covid-19 se ,multiplient au fenua. Si le virus est unique et tout nouveau, ce n'est pas la première fois que la Polynésie est confrontée à une épidémie de grande ampleur. La grippe, le chikungunya ou encore le zika ont causé des formes sévir et des décès. Le point sur les virus qui ont touché le fenua ces dernières années.

Publié le 26/08/2020 à 9:34 - Mise à jour le 26/08/2020 à 9:35
Lecture 2 minutes

Les cas de covid-19 se ,multiplient au fenua. Si le virus est unique et tout nouveau, ce n'est pas la première fois que la Polynésie est confrontée à une épidémie de grande ampleur. La grippe, le chikungunya ou encore le zika ont causé des formes sévir et des décès. Le point sur les virus qui ont touché le fenua ces dernières années.

Au cours des dernières décennies, de nombreuses épidémies ont frappé la Polynésie. À commencé par la grippe. Rien de comparable avec la grippe espagnole qui a décimé 3000 Polynésiens en 1918 mais aujourd’hui le virus ne nous quitte plus. La dynamique des épidémies de grippe au fenua est relativement constante avec des décès chaque année. L’année 2015 a été la plus sévère avec 5 469 personnes contaminées.

Parmi les épidémies de grandes ampleurs, celles transmises par le moustique ont particulièrement touchées la Polynésie avec, tout d’abord, la dengue. Depuis 1944, le fenua a connu environ une quinzaine d’épidémies. L’année 2001 a été meurtrière avec 8 enfants décédés. Ils avaient entre 18 mois et 12 ans. Sur les 33 800 contaminations, 1400 personnes ont été hospitalisées dont 633 ont développées des formes sévères.

Des formes sévères aussi constatés en octobre 2013 avec l’apparition du Zika. Jusqu’en mars 2014, la maladie a touché 32 000 personnes soit 11.5 % de la population. 42 personnes ont été atteintes du syndrome de Guillain-Barré. Une affection des nerfs périphériques pouvant entrainer une paralysie progressive.  

De septembre 2014 à mars 2015, les hôpitaux se retrouvent rapidement saturés avec l’apparition du chikungunya. Le virus a touché 69 000 personnes dont 50% ont souffert de douleurs. Il a causé 32 décès. 21 bébés ont développé la maladie dans les jours suivant la naissance dont 4 cas grave et un décès.

Si aucune autre épidémie de zika et de chikungunya n’a été constatée, la dengue est toujours présente au fenua. Ces maladies, transmises par le moustique, ne peuvent être comparées au coronavirus transmis par l’homme.

infos coronavirus