samedi 1 octobre 2022
A VOIR

|

Marara : exercice de cohésion à la Presqu’île

Publié le

Ce mercredi matin, le lagon de la Presqu'île a accueilli un exercice militaire international. L’occasion, pour les soldats polynésiens et américains, d’apprendre à se connaître.

Publié le 11/05/2022 à 17:27 - Mise à jour le 12/05/2022 à 11:23
Lecture 2 minutes

Ce mercredi matin, le lagon de la Presqu'île a accueilli un exercice militaire international. L’occasion, pour les soldats polynésiens et américains, d’apprendre à se connaître.


Rassemblés en binômes internationaux, les soldats se jettent à l’eau. Pour franchir les six obstacles qui se dressent devant eux, la communication et l’entraide sont indispensables.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Cet exercice a pour objectif de créer de la cohésion entre les armées polynésiennes et américaines. Durant plus d’une semaine, ils simuleront ensemble des interventions humanitaires, et des catastrophes naturelles. Dans de telles situations, avoir une bonne communication est vital. “C’est le moment d’apprendre à se connaître et à travailler ensemble (…) Pas de difficulté particulière si ce n’est la communication, mais nous avons des unités qui parlent couramment anglais qui ont été mis en avant aujourd’hui pour communiquer avec les américains”, raconte le Lieutenant Aitamai, qui a dirigé l’exercice.

“D’habitude, nous nous entrainons dans des piscines.”

Lieutenant Aitamai

Mais c’est également l’occasion, pour les soldats américains, de découvrir la beauté de notre Fenua. “Chez nous, nous n’avons rien de comparable, d’habitude nous nous s’entraînons dans des piscines”, reconnaît volontiers le soldat Steven Riley. Du côté polynésien, cet exercice a également été l’occasion de se mesurer au fameux GI américain. “C’était très intéressant, surtout qu’il fallait se donner à fond pour montrer aux Américains qu’on est là, qu’on y arrive, c’est chez nous quand même”, avance avec humour le première classe Gabriel Taura.

Cette compétition fraternelle reste cependant bon enfant et ne leur fait pas perdre de vue leur objectif. Pour pouvoir préparer de potentielles situations de crise, les deux armées travaillent d’égal à égal, comme l’explique le première classe Joseph Oopa : “Dans l’exercice d’aujourd’hui, sans l’entraide, on ne pouvait pas avancer, et notre objectif reste d’avancer ensemble.”

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

infos coronavirus