vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Rentrée scolaire : allier mode et petit budget, le casse-tête

Publié le

Publié le 05/08/2015 à 15:34 - Mise à jour le 05/08/2015 à 15:34
Lecture 2 minutes

Elle est l’héroïne préférée des petites filles : la Reine des neiges est numéro 1 des ventes toutes catégories pour cette rentrée des classes. « Il y a eu énormément de demandes en marques. Au niveau des chanteurs qui sont venus sur le territoire, les gens ont demandé à avoir des sacs et des trousses. Tout ce qui est Disney pour les enfants, il a fallu agrandir les gammes parce qu’il y a de nombreux dessins animés qui sont sortis et qui vont sortir », explique Samantha Utia, responsable du rayon papeterie d’une grande surface. 
 
Chez les adolescents, la tendance est plutôt aux couleurs fluorescentes, transparentes, et aux formes géométriques. Mais avec des budgets restreints et des listes de fournitures très strictes, la fantaisie est limitée à quelques extras par famille.
En moyenne chacune prévoit entre 8 000 et 10 000 Fcfp par enfant et par secteur : papeterie et textile.

Depuis quelques années, la tendance est à la sobriété dans le choix des cahiers, classeurs, pochettes, très encadré par les listes de fournitures. S’ils veulent se faire plaisir ou se démarquer, les élèves peuvent être plus fantaisistes dans le choix de leur cartable, de leur agenda ou de leur trousse. Les rondes, les transparentes et celles en velours se vendent comme des petits pains.
Les couleurs fluorescentes, les imprimés géométriques, mais aussi le matériel spécial gaucher ont également du succès. Tout comme les imprimés à l’effigie anglo-saxonne. « Tout ce qui est en rapport avec les États-Unis, l’Angleterre, cette année ça cartonne dans toutes les gammes que ce soit stylos, trousses. Principalement, ils cherchent des grandes trousses. Translucides, lycra, velours… », constate la responsable de rayon. 

Rédaction Web (Interview : Laure Philiber)

Samantha Utia, responsable du rayon papeterie d’une grande surface

infos coronavirus

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.