mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

René Bidal souhaite que 2017 soit porteur d’un bon « mana »

Publié le

Publié le 29/12/2016 à 13:14 - Mise à jour le 29/12/2016 à 13:14
Lecture 3 minutes

Chères Polynésiennes, chers Polynésiens,

Présent parmi vous depuis sept mois, je suis particulièrement heureux de vous adresser des voeux de santé et de bonheur à l’aube de cette nouvelle année.

Ce rite de passage d’un millésime à l’autre est, dans le Monde, un moment partagé par l’immense majorité des femmes et des hommes, car il correspond à une espérance ; quelles que soient nos conditions, nos croyances et nos raisons, nous sommes tous attachés à espérer du nouvel an qu’il augure du meilleur.

Dis autrement et faisant mienne cette expression polynésienne, je souhaite que 2017 soit porteur d’un bon « mana » et, à cette occasion, je n’oublie pas celles et ceux d’entre vous qui sont dans la peine, le dénuement, l’isolement ou qui souffrent de maladie ; je leur adresse tout particulièrement mon soutien chaleureux et mes pensées les plus proches en espérant que la solidarité, la famille et la foi, que beaucoup d’entre vous ont en partage, leur permettent de surmonter l’adversité durant l’année qui s’ouvre.

Mais au-delà des voeux que j’adresse individuellement à chacune et à chacun, je souhaite vous transmettre, au nom de l’État, un message de reconnaissance, de confiance et d’unité.

D’abord un message de reconnaissance, car les Polynésiens portent des valeurs humaines devenues rares et qui le seront de plus en plus. Vous êtes les héritiers et les dépositaires d’un territoire extraordinaire, riche d’une culture exceptionnelle que je découvre et apprends tous les jours, avec un bonheur sans cesse renouvelé à votre contact.

Depuis mon arrivée, je ne cesse d’aller à votre rencontre dans les archipels proches ou éloignés ; partout j’y découvre des personnalités, des talents, des volontés, des énergies, de l’optimisme et, surtout, l’expression d’une attention à vos semblables que personne n’a jamais observée ailleurs. On ne mesure pas suffisamment combien l’économie touristique, qui est la première richesse du territoire, doit beaucoup à la générosité et à l’authenticité que vous exprimez dans votre accueil.

Depuis toujours, tous les voyageurs du Monde qui ont eu la chance de vous croiser ont éprouvé et ressenti ces valeurs humaines grâce auxquelles vous incarnez, sur tous les continents, cette destination fantasmée où tout le monde rêve d’aller : la Polynésie
 
Ensuite un message de confiance, car la Polynésie française évolue dans un monde complexe où des difficultés existent, ici comme ailleurs et souvent ici plus qu’ailleurs. Face aux enjeux que suggère le monde moderne, la résignation ne s’impose jamais, au contraire, ce sont des défis que vous avez à coeur de relever.

Ma préoccupation première est de faire en sorte que l’action de l’État, que je représente sur le territoire, soit engageante et contribue, par son accompagnement vigilant et l’aide financière de la République, aux efforts entrepris par les institutions du Pays. La croissance est désormais perceptible, les finances du Pays se sont grandement améliorées, nul doute que cette évolution très favorable débouchera sur un redressement progressif du marché de l’emploi qui est si important pour notre jeunesse polynésienne. Je sais que c’est la première préoccupation du Président Édouard Fritch et nul ne peut contester cette priorité qui est aussi celle de l’État.

Enfin un message d’unité, car l’unité des Polynésiens de tous les archipels renforce l’image nationale et internationale de la Polynésie. Dans la République, tous les Polynésiens doivent être rassemblés derrière les institutions du Pays.

Cette unité vous l’avez solidairement, unanimement et magnifiquement démontrée, lors des terribles attentats qui ont endeuillé notre Nation, au cours de la triste année qui s’achève.

Cette unité renforce votre belle identité et témoigne du sérieux des attentes que vous exprimez au sein de la République française.
Cette unité engage et engagera durablement l’État à vos côtés, dans un esprit de solidarité républicaine que je conçois, à la place qui est la mienne, comme une exigence et un devoir.

A l’orée de cette nouvelle année, au sein de vos familles et entourés de ceux que vous aimez, que 2017 vous apporte ce dont l’année 2016 vous a privé.

Bonne année à vous ; Ia ora na ite matahiti api !

René Bidal

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coronavirus : la Première ministre néo-zélandaise ordonne le reconfinement...

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a ordonné mardi le reconfinement de la plus grande ville de son pays, Auckland, après l'apparition pour la première fois depuis 102 jours de cas de coronavirus transmis localement.

À Raiatea, la lutte contre le Covid-19 continue

Olivier Touboul, docteur en pharmacie, sillonne actuellement les Raromatai pour des campagnes de prévention et de sensibilisation. L’objectif est d’aider la population à mieux se protéger contre le coronavirus.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV