samedi 19 juin 2021
A VOIR

|

Relogements, dépollution : quel avenir pour Hao ?

Publié le

L'un des enjeux du prochain déplacement du Président de l République en Polynésie française sera bien entendu le fait nucléaire et ses conséquences au Fenua. L'atoll de Hao est une ancienne base arrière du Centre d'expérimentation du Pacifique. Il fait aujourd'hui l'objet d'un programme de réhabilitation de 5 milliards de Fcfp

Publié le 15/05/2021 à 12:30 - Mise à jour le 15/05/2021 à 12:32
Lecture 2 minutes

L'un des enjeux du prochain déplacement du Président de l République en Polynésie française sera bien entendu le fait nucléaire et ses conséquences au Fenua. L'atoll de Hao est une ancienne base arrière du Centre d'expérimentation du Pacifique. Il fait aujourd'hui l'objet d'un programme de réhabilitation de 5 milliards de Fcfp

5 milliards de Fcfp vont être affectés à la dépollution et à la réhabilitation de Hao, ancienne base du CEP (Centre d’expérimentation du Pacifique). L’annonce a été faite lors du déplacement des autorités sur l’atoll le mois dernier. 28 familles résident encore dans ce qu’il reste des logements et lieux de vie des militaires. Depuis 20 ans, rien n’a bougé. De l’amiante a été trouvée dans certains bâtiments. L’Etat prévoit de les démanteler et de reloger ces familles, soit une centaine de personnes. Une partie d’entres elles est réticente.

Lire aussi – Hao : les familles consultées sur la réhabilitation des logements du CEP

« Regardez ce qu’ils nous ont laissé. Rien n’a bougé et cette maison, elle vaut 4 briques. On me demande de la casser pour construire une maison OPH à 201 000 Fcfp. Je vais casser une maison en briques pour acheter une maison à 201 000 Fcfp qui est en contreplaqué… Est-ce qu’il n’y a pas un problème-là ? questionne Alice, habitante de l’ancienne base. Nous sommes des enfants du CEP. C’est comme ça qu’on nous remercie ? Pour la promesse qu’ils ont donné à nos aïeuls… Nous voulons que l’Etat français, avant toute chose, respecte notre terre. Nous avons contribué avec la France pour qu’ils deviennent aujourd’hui le premier pays qui a la bombe atomique. Ils devraient nous remercier, nous respecter. C’est ce que nous voulons. »

« Moi, si on me dit de reconstruire, c’est négatif. Je ne veux pas qu’on touche à ma maison parce que je sais qu’ils ne pourront plus construire comme ça. Il faut être sincère et clair avec notre population sur ce qui se passe. Pourquoi ils ont amené leur nucléaire en Polynésie ? Pourquoi ? J’ai l’impression que ça détruit la moitié de la population de la Polynésie », soupire une autre habitante.

Les pourparlers avaient déjà commencé sous la mandature précédente. Pour l’ancien maire Théodore Tuahine, le problème ne se cantonnent pas à la question du logement : « je souhaiterai qu’on leur donne des logements gratuits. Je pense qu’on mérite ça. Aujourd’hui si les gens ne veulent pas investir à Hao c’est parce qu’il y a cette image du nucléaire. Si on dit aux gens de Hao de vivre de la pêche quand on commence à dire aux acheteurs que le poisson vient de Hao, on a peur de cette image. Je pense qu’il faut qu’on nous aide, vraiment. »

« Il faut qu’ils viennent ici devant chez nous. Il ne faut pas qu’il aille à Arutua comme l’autre fois. Il faut qu’il vienne voir ce qu’il reste de la France ici à Hao, ce qu’il reste de l’armée, lance un habitant. Il reste quoi ? Que du désespoir. les gens ne veulent pas quitter leurs logements ? À cause de quoi ? À cause des problèmes d’indivision. Tout ça c’est à cause de l’armée. Moi je dis que c’est à cause de l’armée, à cause de la France. »

infos coronavirus