samedi 23 janvier 2021
A VOIR

|

Réforme des retraites : appel à la grève des fonctionnaires d’État ce jeudi

Publié le

L'organisation syndicale UNSA Fenua a déposé deux préavis de grève qui seront effectifs ce jeudi 6 février 2020 à 00h00.

Publié le 04/02/2020 à 16:00 - Mise à jour le 04/02/2020 à 16:08
Lecture < 1 min.

L'organisation syndicale UNSA Fenua a déposé deux préavis de grève qui seront effectifs ce jeudi 6 février 2020 à 00h00.

Les fonctionnaires d’État s’opposent à la réforme des retraites en métropole. Ils ont interpellé dans un courrier du 18 janvier la ministre des Outre-mer Annick Girardin par courrier, ainsi que me Président Edouard Fritch. Mais n’ayant pas eu de retour de leur part, l’UNSA Fenua a donc décidé de lancer un préavis de grève, jeudi 6 février 2020 à 00h00.

Certaines écoles devraient compter 100% de grévistes.

Concernant les revendications, elles n’ont pas changé :
– la déclinaison de la réforme des retraites en Polynésie française (bonification Outre-mer) ;
– la mise en place concertée d’un système de compensation à la perte de l’Indemnité Temporaire de Retraite (Protocole d’accord de fin de grève du 26 novembre 2008) ;
– la revalorisation de la rémunération des enseignants, grands perdants dans cette réforme ;
– le refus des fonctionnaires d’État d’être affiliés à la CPS ;
– l’application de la loi EROM.

L’UNSA Fenua espère se faire entendre Annick Girardin, arrivée samedi 1er février en Polynésie. « Officiellement, je n’ai pas encore reçu d’invitation de la part de la ministre. (…) Nous sommes prêts à nous mettre autour d’une table pour en parler. (…) Que fait le gouvernement Macron pour la Polynésie française ? (…) Nous pensons que sommes les grands oubliés puisque depuis 2009, rien n’a été mis en place. On ne va pas se laisser faire, on est déterminés pour jeudi » a expliqué Diana Yieng Kow, secrétaire générale de l’organisation syndicale.

Un rassemblement est prévu place Vaiete à 8 heures. Et la manifestation devrait commencer vers le Haut-commissariat à 9 heures.

infos coronavirus