vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Réforme de la PSG: « Un sujet difficile et ardu »

Publié le

Publié le 15/01/2017 à 16:18 - Mise à jour le 15/01/2017 à 16:18
Lecture 2 minutes

Ministre dans le gouvernement de Gaston Flosse, puis dans celui de Oscar Temaru, Jacques Raynal a été nommé le 13 janvier, ministre des Solidarités et de la Santé, en charge de la protection sociale généralisée, de la prévention et de la famille dans le nouveau gouvernement Fritch.

Parmi les dossiers qu’il aura à traiter, il en est un particulièrement difficile qui est celui de la Protection Sociale Généralisée (PSG). L’homme qui a été quelque temps, médecin conseil coordonnateur de la CPS, retrouve là un domaine qui ne lui est pas inconnu.

 « C’est un sujet dont tout le monde sait qu’il est difficile, et ardu. Cela fait plusieurs années que l’on parle de cette réforme (…) et il faut à un moment donné savoir prendre les décisions qui s’imposent ».

Pour le médecin, concernant un certain nombre de dossiers et notamment celui de la retraite, « Si nous ne faisons rien, on va dans le mur. »

« Cette réforme, nous la voulons de façon équitable » assure le ministre, « cette notion d’équité va nous guider tout le long de cette réforme.(…) Cette réforme ne sera pas effectuée de façon brutale ».

Deux voire trois ans, tel est le temps estimé pour voir cette réforme aboutir. « Cela se fera dans la concertation. Chaque texte qui sera proposé sera débattu. »

Quoiqu’il en soit, pour Jacques Reynal, « le système se casse la figure, et à un moment donné, il faut savoir décider. » D’ici la fin du mois de janvier, le nouveau ministre de la Santé espère que les mesures les plus urgentes à prendre et à mettre en place seront définies.

Lui qui a « envie de faire des choses pour le Pays », dans lequel il vit depuis plus de trente ans, assure la main sur le cœur que désormais, concernant la PSG « cela va avancer ».
 

Rédaction Web avec Esther Parau-Cordette

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu