mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Réaménagement du front de mer : pour les commerçants c’est “un mal pour un bien”

Publié le

Publié le 30/08/2018 à 13:37 - Mise à jour le 30/08/2018 à 13:37
Lecture 2 minutes

Le réaménagement du front de mer de Papeete est un nouveau souffle pour les commerçants de Tahiti, après avoir passé plusieurs mois en apnée. La première phase du chantier, qui prévoit de restructurer du front de mer entre l’avenue du Prince Hinoi et la place Jacques Chirac, a été inaugurée à la fin du mois de juillet. 

>>> Lire aussi – Libération d’une partie du front de mer 

Un soulagement pour les propriétaires et gérants des boutiques. Pendant les longs mois de chantier, la plupart d’entre eux ont accusé une baisse du chiffre d’affaires. Vaitiare, responsable d’un magasin de prêt-à-porter, indique : “Il y a eu énormément de nuisances sonores et donc, il y a eu moins de mouvement dans la boutique… Nous avons perdu entre 10 et 20 % de chiffre d’affaires…”

D’autres assurent avoir subi une perte de 40 % du chiffre d’affaires. Certains commerçants auraient souhaité une baisse des contributions fiscales pour l’année 2018, en dédommagement. Michel Fouchard, horloger, précise : “Notre maire nous a dit qu’il allait faire des remises, mais on n’a encore rien vu venir…” Vaitiare abonde dans son sens. Elle lâche, rougissante : “Ça aurait été sympa de baisser nos taxes, de faire un petit geste sur la fiscalité… ” Du côté de la mairie, on répond que les moyens de la commune dans ce domaine restent limités. 

> Une meilleure image de la ville

Les commerçants sont désormais de plain-pied sur un front de mer réaménagé. Il est plus large et plus agréable pour les piétons qui retrouvent petit à petit le chemin des boutiques. 

S’ils ont souffert, les acteurs économiques reconnaissent tout de même que ces travaux ont fait du bien à l’image de la vile. La responsable de la boutique de prêt-à-porter souligne : “Aujourd’hui, on est satisfait du travail même si ça a été très long. C’est un mal pour bien vu que maintenant, on a un peu plus de passage, ça nous apporte un peu plus de clients.”

Si Papeete se dessine une nouvelle façade commerciale, les chantiers ne sont pas prêts de s’arrêter dans la capitale en pleine mutation. Les travaux vont encore se poursuivre jusqu’à la place Jacques Chirac. Rémy Brillant, directeur général des services (DGS) de la ville, précise : “Il faut encore travailler sur les sur les circulations piétonnes mais aussi de redonner à la ville un aspect attrayant. Il faut que les gens trouvent notre ville agréable… Ça va dans l’intérêt des commerçants qui, on l’espère, vont réagir pour s’adapter à ce nouvel environnement. Il faut se dire qu’on va récupérer dans le temps ce qu’on a pu perdre au moment des travaux…”

Si les façades des magasins attirent à nouveau les passants, il faudra compter plusieurs mois pour que les pertes accumulées soient comblées.

Rédaction web avec Thomas Chabrol et Jeanne Tinorua-Tehuritaua 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER