jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Réaménagement du front de mer : pour les commerçants c’est « un mal pour un bien »

Publié le

Publié le 30/08/2018 à 13:37 - Mise à jour le 30/08/2018 à 13:37
Lecture 2 minutes

Le réaménagement du front de mer de Papeete est un nouveau souffle pour les commerçants de Tahiti, après avoir passé plusieurs mois en apnée. La première phase du chantier, qui prévoit de restructurer du front de mer entre l’avenue du Prince Hinoi et la place Jacques Chirac, a été inaugurée à la fin du mois de juillet. 

>>> Lire aussi – Libération d’une partie du front de mer 

Un soulagement pour les propriétaires et gérants des boutiques. Pendant les longs mois de chantier, la plupart d’entre eux ont accusé une baisse du chiffre d’affaires. Vaitiare, responsable d’un magasin de prêt-à-porter, indique : « Il y a eu énormément de nuisances sonores et donc, il y a eu moins de mouvement dans la boutique… Nous avons perdu entre 10 et 20 % de chiffre d’affaires… »

D’autres assurent avoir subi une perte de 40 % du chiffre d’affaires. Certains commerçants auraient souhaité une baisse des contributions fiscales pour l’année 2018, en dédommagement. Michel Fouchard, horloger, précise : « Notre maire nous a dit qu’il allait faire des remises, mais on n’a encore rien vu venir… » Vaitiare abonde dans son sens. Elle lâche, rougissante : « Ça aurait été sympa de baisser nos taxes, de faire un petit geste sur la fiscalité…  » Du côté de la mairie, on répond que les moyens de la commune dans ce domaine restent limités. 

> Une meilleure image de la ville

Les commerçants sont désormais de plain-pied sur un front de mer réaménagé. Il est plus large et plus agréable pour les piétons qui retrouvent petit à petit le chemin des boutiques. 

S’ils ont souffert, les acteurs économiques reconnaissent tout de même que ces travaux ont fait du bien à l’image de la vile. La responsable de la boutique de prêt-à-porter souligne : « Aujourd’hui, on est satisfait du travail même si ça a été très long. C’est un mal pour bien vu que maintenant, on a un peu plus de passage, ça nous apporte un peu plus de clients. »

Si Papeete se dessine une nouvelle façade commerciale, les chantiers ne sont pas prêts de s’arrêter dans la capitale en pleine mutation. Les travaux vont encore se poursuivre jusqu’à la place Jacques Chirac. Rémy Brillant, directeur général des services (DGS) de la ville, précise : « Il faut encore travailler sur les sur les circulations piétonnes mais aussi de redonner à la ville un aspect attrayant. Il faut que les gens trouvent notre ville agréable… Ça va dans l’intérêt des commerçants qui, on l’espère, vont réagir pour s’adapter à ce nouvel environnement. Il faut se dire qu’on va récupérer dans le temps ce qu’on a pu perdre au moment des travaux… »

Si les façades des magasins attirent à nouveau les passants, il faudra compter plusieurs mois pour que les pertes accumulées soient comblées.

Rédaction web avec Thomas Chabrol et Jeanne Tinorua-Tehuritaua 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Opération Résilience : l’A400M a quitté la Polynésie

Arrivé le 25 avril au fenua, l'A400M ATLAS est reparti dimanche 24 mai en direction de la métropole. L'avion était là dans le cadre de l’opération Résilience afin d’apporter un appui et un soutien aux services de l’État et du Pays pour faire face aux conséquences de la crise du Covid-19, mais également soutenir les Forces armées en Polynésie française (FAPF). dans leurs autres missions.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV