mercredi 18 septembre 2019
A VOIR

|

Ravahere Silloux : une Polynésienne engagée dans l’humanitaire au Togo

Publié le

Publié le 25/11/2018 à 9:39 - Mise à jour le 25/11/2018 à 9:39
Lecture 3 minutes

Vous avez sûrement déjà vu des photos de Ravahere Silloux. La jeune polynésienne a posé à de nombreuses reprises sous l’objectif de photographes du fenua. Mais elle est aussi très engagée. 
Ravahere fait partie des marraines de Vik’ura. Elle représente Vik’ana, la mascotte inspirée du “lori bleu, nonnette”, ou Vini peruviana des Tuamotu, une petite perruche bleue nuit, au bec orange, présente dans moins d’une dizaine d’atolls de l’archipel et à “Mopelia” aux Îles Sous-le-Vent. Cette espèce est menacée d’extinction et est classée vulnérable. Mais ce n’est pas tout.  
 

 

> Un stage en Afrique et un voyage humanitaire

L’année dernière, Ravahere s’est envolée pour la métropole afin de poursuivre ses études. La Polynésienne suit un bachelor Nutrition à Montpellier. Pour son stage de deuxième année d’une durée d’un mois, elle et une amie, Clarisse Said, ont fait un choix particulier : un hôpital pour enfants au Togo. Un choix influencé par les parents de Ravahere. “Ça fait 5 ans que mes parents ont fait un voyage au Malawi et ils nourrissent des enfants tous les mois depuis donc on va dire que l’idée de ce voyage vient de là”

Les deux jeunes femmes se sont engagées auprès d’une association et font du bénévolat sur leur temps libre. “C’est l’association MHJVD . Elle s’occupe de notre logement, nourriture. Et après c’est nous même qui proposons nos projets et l’association nous aide à entrer en contact avec les personnes concernées. La première semaine, nous avons donné des cours de Nutrition dans des classes de primaires. Ensuite nous avons demandé à aller dans un orphelinat afin d’offrir des petits cadeaux”, nous raconte Ravahere.

> Aider à scolariser des enfants

Ravahere a été particulièrement touchée par les difficultés liées à l’éducation. Sur Facebook, la Polynésienne poste des photos d’elle avec des enfants et explique que dans le village qu’elle a visité, les élèves de la petite école publique sont trop nombreux pour le nombre de professeurs payés par l’État. L’établissement a dû faire appel à des volontaires. Et les parents n’arrivent pas toujours à payer les frais d’inscriptions. Beaucoup de jeunes vont donc travailler plutôt que d’aller à l’école. 

Pour les aider, Ravahere a lancé un appel aux dons via Facebook. “J’ai reçu énormément de messages je ne pensais pas qu’il y aurait autant de gens qui voudraient aider ! Je n’avais pas énormément de connexion internet là bas donc j’ai laissé ma mère s’en occuper. Elle a récolté l’argent à Tahiti et me l’a envoyé, explique la jeune femme. Je pense que l’éducation est un droit de base pour tous. L’éducation est le chemin pour sortir de la pauvreté et être responsable. Je pense que l’éducation est la meilleure chose que l’on peut leur offrir”. Les frais de scolarité de 120 enfants ont pu être pris en charge. Des sacs et du matériel pédagogique ont été offerts aux élèves.  

Les donateurs ont été tellement nombreux à se manifester que Ravahere pense reconduire l’opération pour l’an prochain. Elle a bien l’intention de continuer à s’investir dans l’humanitaire, et pense déjà à de futurs projets : “Mon prochain objectif , c’est d’aller l’année prochaine dans les pays d’Afrique du Nord” 

Et ses actions ont inspiré les internautes qui la suivent. Une véritable satisfaction : “Après mes publications, plusieurs personnes étaient intéressées par faire un voyage humanitaire, donc c’est super si ça en motive quelques-uns.”
 

Manon Della-Maggiora

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Turama – Décrochage scolaire : qui est concerné, comment...

La Mission de lutte contre le décrochage scolaire a fait sa rentrée. La MLDS aide chaque année des jeunes qui sortent du système scolaire. Les inscriptions sont toujours plus nombreuses. Un nouveau centre a ouvert ses portes à Raiatea. Pour évoquer le sujet du décrochage scolaire, Jean-Jacques Hénault, inspecteur de l'éducation nationale était notre invité du journal.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV