lundi 12 avril 2021
A VOIR

|

Rangiroa : le requin marteau est étudié pour être mieux préservé

Publié le

La Mokarran Protection Society, association basée à Rangiroa, étudie le grand requin marteau afin de mieux comprendre ce grand prédateur et participer activement à l’effort de conservation de cette espèce emblématique.

Publié le 30/01/2021 à 10:00 - Mise à jour le 30/01/2021 à 10:00
Lecture 2 minutes

La Mokarran Protection Society, association basée à Rangiroa, étudie le grand requin marteau afin de mieux comprendre ce grand prédateur et participer activement à l’effort de conservation de cette espèce emblématique.

L’association Mokarran Protection Society en est à sa deuxième mission à Rangiroa, un an jour pour jour après les premières observations effectuées en janvier 2019. Aujourd’hui, l’heure est à la comparaison des données.

« On refait exactement le même travail cette année 2020-2021 et on a déjà identifié plus d’une vingtaine d’individus différents, explique Antonin, l’un de ses membres. Sur ces 20 individus, il y en 19 qui sont différents de l’année dernière. On est encore sur des nouveaux requins. Un seul observé cette année avait déjà été vu l’année dernière et même l’année d’avant, avant qu’on arrive. C’est celui qui a la queue tronquée. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Munis de matériel haute technologie, comme le fameux recycleur qui permet jusqu’à 6 heures d’observation mais aussi un appareil laser permettant d’estimer la taille des marteaux, ces spécialistes effectuent deux plongées d’observation en moyenne par jour à Tiputa.

« La photogrammétrie laser, ce sont deux lasers montés en parallèle et qui sont distants de 30 cm, détaille Tatiana, autre membre de la Mokarran Protection Society. Ça vient projeter sous l’eau cette échelle sous l’animal. Donc de manière non invasive, on va avoir cette échelle sur l’individu. La GoPro vient capter l’image et en traitement, on peut mesurer la taille totale de l’individu. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Après 2 semaines de plongées quotidiennes, ces chercheurs commencent à avoir des données de plus en plus précises sur les requins marteaux qui fréquentent nos eaux. Ces informations précieuses aideront à mieux connaître le grand marteau, malheureusement en voie d’extinction à cause de son aileron de 40 à 50 cm très convoité par les Asiatiques.

infos coronavirus