vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Rangiroa : face aux locations saisonnières, les pensions en difficulté

Publié le

Au lendemain du salon du tourisme, les propriétaires des pensions de famille de Rangiroa tirent la sonnette d'alarme… malgré une hausse de la fréquentation touristique, grâce notamment aux vols low cost, les établissements de Rangiroa n’ont pas réussi à faire le plein pour les mois à venir. Les propriétaires de ces pensions s'inquiètent pour l'avenir de leur structure.

Publié le 30/09/2019 à 11:22 - Mise à jour le 30/09/2019 à 11:39
Lecture 2 minutes

Au lendemain du salon du tourisme, les propriétaires des pensions de famille de Rangiroa tirent la sonnette d'alarme… malgré une hausse de la fréquentation touristique, grâce notamment aux vols low cost, les établissements de Rangiroa n’ont pas réussi à faire le plein pour les mois à venir. Les propriétaires de ces pensions s'inquiètent pour l'avenir de leur structure.

Au retour du dernier salon du tourisme, les membres du bureau de l’association des pensions de famille de Rangiroa présidé par Alban Sun, ont décidé de provoquer une réunion afin de faire un point sur le taux de fréquentation de leurs établissements. Le constat est alarmant pour beaucoup. « A tous les salons où nous sommes allés en revenant j’étais heureux parce que aux mois de novembre, décembre, je savais que ce serait plein. Malheureusement là je regarde et ce ne sera pas plein, ni en novembre, ni en décembre », déplore Albanel Sun.

Selon cette association regroupant une vingtaine de propriétaires de petite hôtellerie, le phénomène Airbnb, serait la cause de ce début de crise. En effet, aujourd’hui, avec une simple patente, le particulier peut louer une ou plusieurs chambres dans sa propre maison. « Hélas pour le mois de septembre c’est mal parti. Pour le moment je suis à une baisse de 50% par rapport à N-1. Notre projet ce serait d’arrêter la pension et de passer plutôt en Airbnb pour éviter de payer toutes ces taxes », confie Cindy, gérante de pension de famille à Rangiroa.
« A la fin de l’année, on fait Airbnb comme tout le monde. On ferme la pension de famille, on change notre patente », ajoute Loina Farerea, propriétaire de pension de famille.

A Rangiroa, 3 pensions de famille pensent fermer à la fin de l’année, d’autres ont déjà mis fin à leur activité : « le tourisme dans ce sens là va être tiré vers le bas parce que depuis 2 ans maintenant on voti énormément de gens qui se baladent sur la route en tirant leur sac en venant de l’aéroport. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que c’est sûrement des Airbnb qui n’assurent pas le transfert et tout. Aujourd’hui je vois des gens au bord de la route, je ne les ramasse plus », nous dit Norbert Lo, ex-propriétaire de pension de famille.

Aujourd’hui, l’association des pensions de famille de Rangiroa à décidé de multiplier les réunions afin de trouver des solutions.

REPORTAGEAndré Vohi

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Lutte contre le plastique : le Vanuatu en exemple

Le média digital Brut a consacré un reportage vidéo à l'archipel de Vanuatu. Nos cousins du Pacifique sont des pionniers en matière de lutte contre le plastique. Ce tout petit pays a réussi à trouver des alternatives pour éviter la consommation de plastique.

Ouverture du 1er Village du Tiurai

Le ministre de la Culture, en charge de l’Artisanat, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a officiellement inauguré, mercredi matin, le 1er Village du Tiurai qui se tiendra du mercredi 8 au samedi 11 juillet, et du mercredi 15 au samedi 18 juillet, de 10 heures à 18 heures, dans les jardins de la Maison de la Culture.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV