dimanche 25 octobre 2020
A VOIR

|

Rangiroa : face aux locations saisonnières, les pensions en difficulté

Publié le

Au lendemain du salon du tourisme, les propriétaires des pensions de famille de Rangiroa tirent la sonnette d'alarme… malgré une hausse de la fréquentation touristique, grâce notamment aux vols low cost, les établissements de Rangiroa n’ont pas réussi à faire le plein pour les mois à venir. Les propriétaires de ces pensions s'inquiètent pour l'avenir de leur structure.

Publié le 30/09/2019 à 11:22 - Mise à jour le 30/09/2019 à 11:39
Lecture 2 minutes

Au lendemain du salon du tourisme, les propriétaires des pensions de famille de Rangiroa tirent la sonnette d'alarme… malgré une hausse de la fréquentation touristique, grâce notamment aux vols low cost, les établissements de Rangiroa n’ont pas réussi à faire le plein pour les mois à venir. Les propriétaires de ces pensions s'inquiètent pour l'avenir de leur structure.

Au retour du dernier salon du tourisme, les membres du bureau de l’association des pensions de famille de Rangiroa présidé par Alban Sun, ont décidé de provoquer une réunion afin de faire un point sur le taux de fréquentation de leurs établissements. Le constat est alarmant pour beaucoup. « A tous les salons où nous sommes allés en revenant j’étais heureux parce que aux mois de novembre, décembre, je savais que ce serait plein. Malheureusement là je regarde et ce ne sera pas plein, ni en novembre, ni en décembre », déplore Albanel Sun.

Selon cette association regroupant une vingtaine de propriétaires de petite hôtellerie, le phénomène Airbnb, serait la cause de ce début de crise. En effet, aujourd’hui, avec une simple patente, le particulier peut louer une ou plusieurs chambres dans sa propre maison. « Hélas pour le mois de septembre c’est mal parti. Pour le moment je suis à une baisse de 50% par rapport à N-1. Notre projet ce serait d’arrêter la pension et de passer plutôt en Airbnb pour éviter de payer toutes ces taxes », confie Cindy, gérante de pension de famille à Rangiroa.
« A la fin de l’année, on fait Airbnb comme tout le monde. On ferme la pension de famille, on change notre patente », ajoute Loina Farerea, propriétaire de pension de famille.

A Rangiroa, 3 pensions de famille pensent fermer à la fin de l’année, d’autres ont déjà mis fin à leur activité : « le tourisme dans ce sens là va être tiré vers le bas parce que depuis 2 ans maintenant on voti énormément de gens qui se baladent sur la route en tirant leur sac en venant de l’aéroport. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que c’est sûrement des Airbnb qui n’assurent pas le transfert et tout. Aujourd’hui je vois des gens au bord de la route, je ne les ramasse plus », nous dit Norbert Lo, ex-propriétaire de pension de famille.

Aujourd’hui, l’association des pensions de famille de Rangiroa à décidé de multiplier les réunions afin de trouver des solutions.

REPORTAGEAndré Vohi

infos coronavirus