jeudi 15 avril 2021
A VOIR

|

Raiatea : une rentrée inédite pour 400 élèves de Uturoa

Publié le

Ce lundi matin, les établissements scolaires ont rouvert leurs portes. Cette semaine, l’organisation est un peu particulière comme au lycée de Uturoa où près de 400 élèves ont fait leur rentrée :

Publié le 18/05/2020 à 17:32 - Mise à jour le 18/05/2020 à 17:32
Lecture < 1 min.

Ce lundi matin, les établissements scolaires ont rouvert leurs portes. Cette semaine, l’organisation est un peu particulière comme au lycée de Uturoa où près de 400 élèves ont fait leur rentrée :

C’est une rentrée des classes particulière pour ce lycée. Aujourd’hui seule une partie des élèves est accueillie à l’école. Gestes barrières et distanciation physique obligent, des groupes d’élèves ont été formés. « On a créé des groupes pour chaque classe et chaque jour le groupe A vient, le lendemain le groupe B. Ainsi de suite », explique Laure Polain, Proviseur du Lycée de Uturoa

Cette semaine, les cours sont dispensés en demi-journée. Dans les classes, les élèves se retrouvent un par table. Pour éviter la cohue ou les contacts lors des interclasses, les collégiens n’auront plus à changer de salle. « Les élèves restent dans la même salle toute la matinée avec des récréations décalées. En revanche les lycéens peuvent changer toutes les heures de salles en fonction de la discipline que vous devez travailler. »

À la cantine aussi, le personnel a mis en place un circuit respectant les gestes barrière et la distanciation physique. Plusieurs services seront dispensés : « on va leur servir leurs plateaux, leurs couverts, leur entrée, surtout le pain (…) On sera obligé de faire deux à trois services. Dès qu’ils auront fini de manger, on va essuyer, nettoyer, désinfecter à chaque fois », détaille Chantal Gibert, employée de la cantine scolaire.

À partir de lundi, tous les élèves reprendront leur emploi du temps d’avant confinement. Pour l’heure, les internats restent fermés. Les élèves bloqués dans leurs îles pourront suivre les cours sur pronote.

infos coronavirus