vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

Raiatea : des habitants de Tepua sommés d’évacuer la zone

Publié le

Des habitants de Tepua, à Raiatea, sont sommés une fois de plus d’évacuer leur domicile. En cause, un pan de montagne menace de s’effondrer à tout moment sur les habitations de la zone. Un problème qui ne date pourtant pas d’hier, puisque l’alerte avait été donnée en 2016.

Publié le 23/02/2020 à 17:10 - Mise à jour le 23/02/2020 à 17:07
Lecture 2 minutes

Des habitants de Tepua, à Raiatea, sont sommés une fois de plus d’évacuer leur domicile. En cause, un pan de montagne menace de s’effondrer à tout moment sur les habitations de la zone. Un problème qui ne date pourtant pas d’hier, puisque l’alerte avait été donnée en 2016.

Par arrêté municipal datant du 7 février 2020, la commune de Uturoa ordonne l’évacuation temporaire de quatre propriétés, dont un commerce, à Tepua. En cause : un pan de montagne menace de s’effondrer sur les habitations en contre-bas. C’est la deuxième fois que la commune somme les habitants de quitter la zone.

« En 2016, la commune a été alertée sur une amorce d’éboulement à Tepua, explique Tyron Taurua, chef de la police municipale de Uturoa. Donc la commune a pris les mesures immédiates en évacuant la première maison d’habitation qui se trouve au pied de cette montagne. Cette famille est sortie dans l’immédiat. Au deuxième semestre 2019, le géologue nous a de nouveau alertés sur une mesure d’élargissement nouvelle de la zone à sécuriser. Nous avons reçu ce rapport au mois de janvier, nous avons pris des arrêtés pour demander aux personnes d’évacuer. Dans cette zone nouvellement élargie sont concernées trois maisons d’habitation et un commerce. »

Si une des familles concernées par cette évacuation a déjà quitté les lieux en 2016, les autres, elles, ont décidé de contester cet arrêté. Problème de relogement et manque de visibilité sont les principales causes de leur refus.

André Taurua. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Il n’y a aucune réponse de la part du géologue quant à la durée de cette évacuation, indique André Taurua, un des riverains concernés par l’arrêté. On rentre chez nous après la pluie ? une semaine ou deux semaines après ? Il n’a pas su nous répondre. Où voulez-vous qu’on aille ? On reste chez nous. Si je dois mourir ici, ce serait sur leur conscience. »

Selon lui, un simple déblaiement serait la solution au problème. « C’est une terrasse qui a été faite mais au lieu de retirer la terre, ils ont juste poussé en bas, explique-t-il. Donc 20 ans après, ça risque de partir. Si on laisse comme ça, c’est dangereux, il faut retirer cette terre. Mais maintenant, qui va payer ? »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La boutique de meuble, elle, est fermée. Et elle le restera jusqu’à ce que tout danger soit écarté. Un manque à gagner pour les gérants de cette petite entreprise qui viennent de réceptionner de la marchandise.

Selon le maire, la commune serait en train de chercher un local où loger cette entreprise le temps des travaux. Pour les réfractaires, l’article 2 de l’arrêté stipule que la commune se décharge de toute responsabilité en cas d’éboulement.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

SpaceX a lancé deux astronautes dans l’espace, une première...

Les astronautes américains Bob Behnken et Doug Hurley se sont envolés samedi du centre spatial Kennedy en Floride à bord d'une fusée SpaceX, première société privée à se voir confier par la Nasa la responsabilité d'acheminer ses précieux astronautes.

Covid-19 : Tahaa mise sur le tourisme local pour...

Comment survivre après la crise liée au Covid-19 ? L’ouverture vers l’international étant encore impossible, les prestataires touristiques du fenua doivent revoir leurs offres et se tourner vers la clientèle locale pour garder la tête hors de l’eau, comme c'est déjà le cas à Tahaa.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV