samedi 10 avril 2021
A VOIR

|

Raiatea : des débris de verre déversés dans une servitude, colère des habitants

Publié le

À Raiatea, des riverains d’un quartier familial sont en colère. La raison : Le déversement par plusieurs camions, de concassés de verre sur la route qui dessert les propriétés des familles Ah-Youn/Guilloux/chevalier. Une procédure judiciaire sera engagée contre Cyril Tetuanui, à l’origine du remblai.

Publié le 09/07/2020 à 16:37 - Mise à jour le 09/07/2020 à 16:38
Lecture 2 minutes

À Raiatea, des riverains d’un quartier familial sont en colère. La raison : Le déversement par plusieurs camions, de concassés de verre sur la route qui dessert les propriétés des familles Ah-Youn/Guilloux/chevalier. Une procédure judiciaire sera engagée contre Cyril Tetuanui, à l’origine du remblai.

Des tonnes de débris de verres et de conserves ont été déversées sur plus de 30 mètres. Inadmissible pour les riverains et propriétaires qui ont stoppé net le chantier… « Un de mes cousins a aperçu qu’on a déverser des débris de verre sur la route. C’est inacceptable. On ne peut pas marcher, même avec des savates on risque d’être blessé », déplore Albert Guilloux-Chevalier, propriétaire.

Sur les réseaux sociaux, un internaute explique que des camions de la commune de Tumaraa chargés, ont déversé du concassé de verres provenant de la déchetterie de la Communauté communale de Hava’i. Le commanditaire : Cyril Tetuanui, propriétaire d’une parcelle de terrain jouxtant le domaine Ah Youn/Guilloux/Chevalier… « Moi j’ai acheté un terrain au fond où l’accès est prévu dans l’acte de vente alors je ne comprends pas celui qui dit que je n’ai pas accès. Moi j’ai accès, j’ai acheté le terrain avec le notaire, tout est prévu et l’accès c’est pour tout le monde », déclare l’intéressé.

« C’est vrai qu’il a une propriété vers le fond, de l’autre côté de cette route, mais ils ont une route d’accès par rapport au terrain qu’il a acheté à des personnes qui sont en face. mais cette route-là, il ne peut pas l’utiliser avec ses camions parce que ce n’est pas une bonne route, alors il utilisait cette route jusqu’à ce qu’il mette ça et alors mes cousins l’ont arrêté et je suis d’accord », explique Albert Guilloux-Chevalier.

Cyril Tetuanui précise également que les travaux de remblais ont été stoppés alors qu’ils ne sont pas terminés : « quand je vais au fond sur mon lot, il n’y a que de la boue. Personne ne gueule quand il y a de la boue. Et quand j’essaie d’améliorer avec du verre recyclé de la communauté de communes, on ne savait pas où le mettre, j’ai dit on va mettre dans la boue là : on va mettre cette première couche et par dessus on mettra du tout venant. C’est ce que j’ai dit et c’est pour ça que je ne comprends pas. Si on barre les engins qui passent sur cet accès là, je ne peux pas terminer les travaux. »

Les propriétaires du chemin vont porter l’affaire au tribunal. L’association de protection de l’environnement A Paruru ia Tevaitoa défendra l’aspect environnemental du dossier…

infos coronavirus