Raiatea Animara au chevet des animaux en détresse

Publié le

Créée en décembre 2019, Raiatea Animara vient en aide aux animaux en détresse de l’île sacrée. Tournées notamment vers les chats et chiens victimes d'abandon ou de maltraitance, ces actions sont menées quotidiennement par Audrey Monjol-Delphine et les bénévoles de l'association.

Publié le 05/08/2023 à 17:10 - Mise à jour le 07/08/2023 à 17:11

Créée en décembre 2019, Raiatea Animara vient en aide aux animaux en détresse de l’île sacrée. Tournées notamment vers les chats et chiens victimes d'abandon ou de maltraitance, ces actions sont menées quotidiennement par Audrey Monjol-Delphine et les bénévoles de l'association.

Une fois tous les quinze jours, la présidente de Raiatea Animara Audrey Monjol-Delphine fait sa tournée autour de l’île sacrée, où de nombreuses familles propriétaires de chats et chiens l’attendent comme le messie. Le coffre de sa voiture regorge de croquettes pour leurs animaux.

Depuis 2019, Raiatea Animara œuvre pour améliorer le quotidien des animaux à quatre pattes, et celui des gens. « Plus ils ont d’animaux, plus ils sont dépassés et moins il leur est facile de subvenir à leurs besoins, constate la présidente de l’association Audrey Monjol-Delphine. L’association est obligée d’acheter elle-même des croquettes pour les animaux qui n’ont pas la possibilité de se nourrir correctement ».

Les actions de l’association ne se limitent pas à nourrir les bêtes. Face à la recrudescence d’animaux abandonnés ou laissés sans surveillance ni bienveillance par leurs familles d’accueil, Raiatea Animara doit multiplier les interventions de secours en attendant de pouvoir leur trouver un foyer d’accueil.

– PUBLICITE –

Audrey Monjol-Delphine (g) est la présidente de Raiatea Animara (Crédit Photo : TNTV)

Selon Audrey, le seul moyen efficace pour diminuer la population animale et éviter le vagabondage demeure la stérilisation. « Pour moi les animaux errants n’existent pas, affirme-t-elle. Ils ne sont pas arrivés à la nage! Les familles, lorsqu’elles se retrouvent submergées par le nombre de chiens. Ils ont besoin de se nourrir et se reproduire, donc ils vont à l’extérieur. C’est de là que l’errance arrive ».

Entre le 1er et le 31 juillet, 28 chiens et chats ont été stérilisés par l’intermédiaire de l’association. Ce sont ainsi pas moins de 280 naissances qui seront évitées. Les soins, la nourriture et la stérilisation ont cependant un coût, et pas des moindres. Chaque mois, c’est pour l’association un budget de 450 à 600 000 francs. Pour l’année 2023, elle n’a perçu que 1 million de francs de subvention.

« Nous avons perçu une subvention de 500 000 francs de tahiti et une autre de 500 000 francs de la commune de Uturoa, liste Audrey. On a une grande confiance de Matahi Brotherson (Tavana de la commune, ndlr), qui nous suit depuis la création de l’association« .

Pour le reste, l’association vit sur les dons de la population, et revend des colliers, laisses et autres accessoires pour animaux dans les divers magasins de Raiatea. Mais avec une inflation record de 8,5% en 2022 en Polynésie française, Audrey le concède, « les gens donnent moins » .

À Raiatea, la compétence de la gestion des animaux errants a été cédée à la communauté des communes de Hava’i. Une étude de faisabilité d’un chenil a été réalisée pour 12 millions de francs, mais rien de concret jusqu’à présent.

Dernières news