jeudi 17 juin 2021
A VOIR

|

Rachel Legrain-Trapani menacée de mort après avoir taclé Vaimalama Chaves, Miss France 2019

Publié le

Publié le 15/03/2019 à 10:20 - Mise à jour le 07/02/2020 à 10:34
Lecture 2 minutes

Jalousie ou tentative de faire le buzz à son tour, histoire de ne pas tomber dans les oubliettes ? Quoi qu’il en soit, Rachel Legrain-Trapani a eu un cruel retour de bâton de la part des aficionados de Vaimalama Chaves.
 
En février, l’ancienne reine de beauté avait estimé que Miss France 2019 Vaimalama Chaves voulait «faire le buzz», notamment grâce à son franc-parler. Que n’avait-elle pas dit là. C’est à un véritable raz de marée de mise au point d’internautes qu’elle a du faire face. Certains pas très « tolérants » la vouant aux pires maux.
 
A un tel point que la Miss France 2007 s’en est ému sur les médias. «Ça va beaucoup trop loin. (…) Ras le bol de recevoir des insultes, des menaces de mort !» s’est-elle exprimée après avoir publié les messages insultants dont elle faisait l’objet. «Hypocrite, grosse merde ! (…) T’es même pas belle», ou encore «Comment as-tu pu devenir Miss France, t’es tellement laide. De toute façon les Français ont mauvais goût». Des réactions virulentes que l’ex-Miss France entend désormais condamner en portant plainte.
 
De son coté, notre Vaimalama Chaves nationale, si elle remercie ses ardents défenseurs, elle regrette toutefois la virulence de certains propos. « Je ne pourrais jamais faire l’unanimité mais ce n’est pas grave. Je suis bien dans mes savates et je continuerai à représenter au mieux les valeurs de la Polynésie sur la scène nationale: le partage, le respect et la tolérance. Vous me réchauffez le coeur lorsque vous me défendez mais il vous arrive aussi parfois d’être un peu virulent. Soyez cool, ce n’est pas grave. Continuez de m’encourager avec vos GoodVaibes ».

Rédaction web

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.