fbpx
mardi 18 février 2020
A VOIR

|

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Publié le

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Publié le 26/09/2019 à 13:33 - Mise à jour le 06/01/2020 à 15:14
Lecture 2 minutes

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

S’ils ont appris à déchiffrer des mots, faute de pratique, ils ont tout oublié. De la pratique justement, c’est ce qui attend les stagiaires volontaires du Rsma en situation d’illettrisme. Chaque année, ils sont plus de deux-cents à bénéficier d’un programme de remise à niveaux : “On essaie au maximum d’allier ce qui est fait en formation professionnelle, en renforcement des compétences de base, explique Faimano Krause, enseignante mise à disposition par le pays. C’est même la condition sans laquelle on ne peut pas les raccrocher au renforcement des compétences de base.”
“J’ai tout oublié, raconte Teanihi, volontaire stagiaire. J’ai quitté l’école à 17 ans. j’ai appris les mathématiques, le français, l’anglais et plein d’autres matières.”

Consignes de sécurité, fiche de salaire, ou ticket de caisse : difficile d’envisager une insertion professionnelle sans savoir lire, écrire ou compter. Mais le handicap n’est pas insurmontable. A condition de s’entraîner, comme l’explique Jean-Jacques Hénault, inspecteur de l’éducation nationale : “C’est tout au long de la vie que l’on se forme, et en aucun cas c’est irréversible. On se donne beaucoup de mal pour repérer et faire évoluer cette question d’illettrisme. (…) On concentre beaucoup d’énergie sur une marge de la population qui heureusement est minime mais qui demande toute notre attention. Nous avons réussi la massification scolaire. Aujourd’hui, l’autre enjeu du ministère, c’est bien évidemment l’élévation du niveau de formation, mais c’est également que personne ne sorte sans qualification donc évidemment réduire considérablement le problème de l’illettrisme”

Pour y parvenir, encore faut-il le repérer assez tôt. Tous les ans, un test conduit par la journée défense et citoyenneté permet de dépister les difficultés de lecture chez les élèves. Résultat : 6% d’entre eux sont concernés, contre 5,2% en Métropole. Un écart qui diminue grâce à des actions concrètes. C’est le cas de l’opération “boîte à livre”. “On a signé un protocole entre l’association Polynélivre, le vice-rectorat, le ministère de l’Education polynésien et le RSMA, qui permet à nos jeunes du RSMA de construire des boîtes à livres, des malles à livres qui sont mises à disposition des collèges et dans lesquelles des donateurs vont donner des livres”, nous dit le colonel Christophe Soriano, commandant du RSMA-Pf.

Objectif : donner accès aux livres, et partager le plaisir de lire. Sophie Baptendier, présidente de l’association Polynélivre détaille : “C’est vraiment faire rêver aussi au travers des animations. Lorsqu’on fait une animation, on part de la trace écrite, on part du livre et on bascule dans le monde de l’oral. On raconte, on mime, on joue avec des personnages, on fait vivre, on fait danser, on fait bouger, et ça permet finalement de rattacher le monde plus concret, pour les tout petits en tout cas, de l’oral avec le livre.”

Une initiation qui commence dès le plus jeune âge.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X