samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Quelle sécurité pour le ramassage scolaire ?

Publié le

Publié le 28/08/2014 à 4:00 - Mise à jour le 28/08/2014 à 4:00
Lecture < 1 min.

Une petite fille de Faaa âgée de 6 ans s’est récemment trouvée seule sur le bord de la route en se trompant d’arrêt. Après cet incident TNTV a voulu comprendre comment fonctionne le ramassage scolaire et mieux connaître le rôle du transporteur.
TNTV a accompagnée la société de transport NTCE, à Mahina… un tronçon d’une heure qui va très vite.

John Pansi est l’un des nombreux chauffeurs de la société de transport NTCE. Il est souvent affecté au ramassage des enfants de Mahina. Quand c’est son tour, il doit envoyer son bus de 11 mètres de long sur les points de ramassage des enfants définis par la société.
Depuis 4 ans, Jean-Paul, le convoyeur, doit gérer le trajet du chauffeur et assurer la sécurité des enfants dans le bus. A part les nouveaux scolarisés, les petits ont l’habitude du jeune homme, comme l’explique Clément Clarck-Tefau, responsable du réseau de transport de la société NTCE.
Ce jeudi matin, le bus s’est arrêté 5 fois pour ramasser une soixantaine d’enfants, du Taharaa a la pointe Vénus. Il les dépose devant trois écoles. Parfois livrés à eux-mêmes. Hormis la ponctualité et la sécurité des enfants dans le bus, le ramassage scolaire des écoles maternelles et primaires reste peu contrôlé. Quelques idées ont pourtant été avancées par les parents. Beaucoup s’inquiètent du fait que les accompagnateurs sont souvent recrutés sur la base d’un diplôme des Collèges plutôt que celui d’animateur et que les arrêts ne sont pas couverts.
Chaque année, la société ramasse plus de 20 000 enfants de la maternelle au primaire sur toute l’île de Tahiti.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.