mercredi 27 mai 2020
A VOIR

|

Quelle prise en charge pour les enfants atteints de troubles du développement ?

Publié le

Publié le 05/06/2018 à 11:48 - Mise à jour le 05/06/2018 à 11:48
Lecture 4 minutes

Mettre des mots sur des troubles souvent passés sous silence : c’est l’objectif de Caroline Bravi et son équipe. La présidente d’Entre deux mondes a réuni autour d’elle les parents dont les enfants sont atteints de troubles autistiques, de l’attention, du comportement ou encore du langage ou de la sociabilisation. Appelés troubles envahissants du développement (TED), ils sont souvent mal perçus. Sabrina Parazines, maman de Sacha, 11 ans, explique :  

« Notre fille Sacha a été diagnostiquée vers l’âge de trois ans devant une absence de langage et un comportement atypique. Cela a été un choc pour nous : on pensait qu’elle prenait le temps de se développer… […] Cela ne se voit pas les troubles du développement mais on veut dire aux gens que les enfants sont en difficulté et que pour l’instant, la société ne nous comprend pas… »

Pour les parents de l’association, le plus gros problème en Polynésie reste la prise en charge médicale et scolaire.

UNE « INEGALITE »

Selon les parents, tous les enfants qui souffrent de TED ne sont pas égaux en classe. Tearaitua Tauru, membre de l’association, estime être bien tombée. Elle souligne :

« J’ai de la chance car mon fils est dans l’une des meilleures écoles. De la directrice aux personnes qui s’occupent de la cantine : les gens sont tous aux petits soins. C’est avec une grande confiance que je leur confie mon fils. »

Sabrina Parazines abonde dans son sens. Sa fille Sacha est entrée en 6ème. Elle suit les cours dans une classe adaptée, appelée Ulis (unités localisées pour l’inclusion scolaire). Cette maman précise : 

 « A l’école, cela se passe bien. J’ai une expérience positive mais ce n’est pas le cas de tout le monde. On est très inégaux face à ça. »

Au contraire de ces deux mamans, d’autres parents de l’association se sentent démunis et incompris.

« EN MARGE DE LA CLASSE »

Jonathan et Serena Collin sont les parents de Onui, 7 ans, atteint de troubles autistiques. Pour lui, l’école reste difficile. Le papa précise :

« Nous avons rejoint cette association car nous nous sommes rendu compte que dans le système éducatif actuel, il y a un grand
problème de manque de formations. Ce n’est pas péjoratif, c’est un constat. Il y a une incapacité des professeurs du système classique à gérer des enfants atteints de troubles autistiques. »

Le couple estime que leur fils n’a pas avancé en cours comme il aurait dû. Mais pour eux, il est essentiel qu’il reste dans une école publique et ouverte à tous.

« Notre fils pédalait dans la semoule avec ses maîtresses qui n’ont pas les armes. Il a passé quasi toute sa scolarité en marge de la classe. Pour être plus brutal, on peut dire qu’il a été abandonné à son sort… Il ne rentrait pas dans un cadre, donc il n’était pas évaluable. »

Du côté de l’éducation, on assure mettre en place les dispositifs nécessaires pour encadrer ces enfants.

EVOLUER AU RYTHME DE L’ENFANT

Julian, le fils de la présidente d’Entre deux mondes, est scolarisé à l’école Uriri Nui à Punaauia. La directrice de l’établissement, Maeva Leontieff, suit l’évolution du petit garçon depuis son entrée à l’école. Elle martèle :

« Aucun enfant n’est mis de côté. Les enfants sont pris en charge à tout moment de leur parcours scolaire. Après, on évolue à leur rythme et ça, il va falloir qu’on le comprenne. C’est-à-dire qu’on ne peut pas aller plus vite que l’enfant. Mais à aucun moment un enfant ne sera mis de côté. »

À l’école, les enfants peuvent bénéficier de l’aide d’une auxiliaire de vie scolaire. C’est le cas de Julian. Le mardi et le jeudi, il est assisté par une AVS. La jeune femme l’accompagne dans son apprentissage et lui apporte une aide personnalisée. Pour l’instituteur aussi, c’est un soutien, à la fois matériel et moral.

1400 enfants atteints de TED

Ce dispositif n’est parfois pas suffisant. De l’aveu de certains spécialistes de la pédopsychiatrie, le manque de moyens humains entraîne des dysfonctionnements.

Selon les professionnels, 1 400 enfants sont atteints de ces TED sur l’ensemble de la Polynésie. Les psychologues peuvent venir à la rencontre des enseignants qui ont dans leur classe des enfants qui souffrent de troubles envahissants du développement.

Mais depuis quelques mois, à cause d’un manque de personnel, ces séances de discussion ne sont plus possibles. Caroline Bravi, présidente de l’association Entre deux mondes, regrette :

« À l’heure actuelle, même au niveau du médical, il y a un manque de moyens. Il manque du personnel donc il y a des carences. Même s’il y a des choses qui sont mises en place, il reste des choses à faire… »

Pour mettre au jour ces problématiques, Entre deux mondes organise une après-midi récréative dimanche 10 juin au parc Paofai.

Entre jeux et challenge fitness, l’association souhaite informer et sensibiliser la population aux difficultés des parents et des enfants atteints de Ted. En d’autres mots : briser le silence.

Jeanne Tinorua-Tehuritaua et Amélie David

PRATIQUE 

Après-midi récréatif

Où ? Au parc Paofai 

Quand ? Dimache 10 juin de 14 h à 18 heures

Pourquoi ? Sensibiliser la population aux « handicaps invisibles » de nos enfants

Comment ? Stand de maquillage, spectacle de magie, atelier de sensibilisation à l’autisme et autres troubles du développement et fitness challenge ?

Combien ? Tout est gratuit à l’exception du fitness challenge (1500 francs de 16 h à 18 h)

Informations : Caroline Bravi, présidente d’Entre deux mondes, au 87 26 76 43.

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Exonérations du paiement de redevances pour les professionnels et...

Dans le souci de venir en aide aux entreprises et patentés de Papeete impactés par le confinement général imposé du 20 mars au 29 avril dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire établi pour faire face à la pandémie de Covid-19, le conseil municipal de Papeete a décidé de leur accorder des exonérations exceptionnelles et temporaires de paiement des redevances communales

Opération Résilience : l’A400M a quitté la Polynésie

Arrivé le 25 avril au fenua, l'A400M ATLAS est reparti dimanche 24 mai en direction de la métropole. L'avion était là dans le cadre de l’opération Résilience afin d’apporter un appui et un soutien aux services de l’État et du Pays pour faire face aux conséquences de la crise du Covid-19, mais également soutenir les Forces armées en Polynésie française (FAPF). dans leurs autres missions.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV