mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Quand l’institut Louis Malardé ouvre ses portes

Publié le

Publié le 13/11/2018 à 15:43 - Mise à jour le 13/11/2018 à 15:43
Lecture 2 minutes

Depuis 2001, l’institut Louis Malardé travaille pour la santé des Polynésiens dans différents domaines. Au laboratoire des microalgues toxiques par exemple, ce sont les différentes souches de ciguatera qui sont principalement étudiées.
 
« On essaie de comprendre ce qui va provoquer la prolifération de ces microalgues, comment elles vont s’installer, quels sont les facteurs qui vont déclencher la production de toxines…, explique Mireille Chinain, la directrice de ce laboratoire. On tend à disposer de techniques qui vont nous permettre de doser et d’évaluer de manière très fiable le risque. »
 
Plus loin, dans le laboratoire de virologie, les laborantins travaillent sur les virus transmis par les moustiques, en collaboration avec le laboratoire d’entomologie de Paea.
 
L’Institut Louis Malardé compte un quatrième laboratoire de recherche, qui lui est dédié aux maladies non transmissibles, comme le diabète ou l’hypertension.
 

Mais l’ILM, ce n’est pas que de la recherche, c’est aussi de l’analyse. Avec un laboratoire dédié à la biologie médicale, qui analyse nos prises de sang par exemple, et un autre laboratoire dédié à l’analyse de l’eau et des aliments.
 
Là-bas, on contrôle la potabilité de l’eau, la qualité des eaux de baignade, mais aussi des aliments prélevés dans les magasins par le service d’hygiène.
 
Cette journée portes ouvertes a permis à une poignée de curieux de découvrir en détail le fonctionnement de l’institut. Ce jeudi, cinq classes de scolaires viendront le visiter.
 

 

Rédaction web avec Tamara Sentis et Jeanne Tinorua Tehuritaua

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Nucléaire : l’effet rétroactif de l’amendement Tetuanui rétabli

Alors que le Sénat avait voté la suppression de l’article qui étendait à toutes les demandes d’indemnisation des victimes du nucléaire, l’application du seuil d’1 millisievert, la semaine dernière, la Commission Mixte Paritaire (CMP) vient de le rétablir.

« We are Green » : un événement pour consommer local au centre...

L'association de la Plazza basse du centre Vaima en partenariat avec la fédération des horticulteurs Hei Tini Rau et la MFREO de Taharuu – Papara organise son premier événement "We are Green" ce samedi 30 mai de 8 heures à 13 heures au centre Vaima, à Papeete.

Bac 2020 : l’oral de français annulé, le contrôle...

Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi qu'il n'y aurait pas cette année d'épreuve orale de bac de français pour les lycéens de Première. Comme pour les autres épreuves du bac 2020, le français sera noté en fonction du contrôle continu pour les 2 008 élèves de Première en Polynésie.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV