jeudi 17 juin 2021
A VOIR

|

Quand l’institut Louis Malardé ouvre ses portes

Publié le

Publié le 13/11/2018 à 15:43 - Mise à jour le 13/11/2018 à 15:43
Lecture 2 minutes

Depuis 2001, l’institut Louis Malardé travaille pour la santé des Polynésiens dans différents domaines. Au laboratoire des microalgues toxiques par exemple, ce sont les différentes souches de ciguatera qui sont principalement étudiées.
 
« On essaie de comprendre ce qui va provoquer la prolifération de ces microalgues, comment elles vont s’installer, quels sont les facteurs qui vont déclencher la production de toxines…, explique Mireille Chinain, la directrice de ce laboratoire. On tend à disposer de techniques qui vont nous permettre de doser et d’évaluer de manière très fiable le risque. »
 
Plus loin, dans le laboratoire de virologie, les laborantins travaillent sur les virus transmis par les moustiques, en collaboration avec le laboratoire d’entomologie de Paea.
 
L’Institut Louis Malardé compte un quatrième laboratoire de recherche, qui lui est dédié aux maladies non transmissibles, comme le diabète ou l’hypertension.
 

Mais l’ILM, ce n’est pas que de la recherche, c’est aussi de l’analyse. Avec un laboratoire dédié à la biologie médicale, qui analyse nos prises de sang par exemple, et un autre laboratoire dédié à l’analyse de l’eau et des aliments.
 
Là-bas, on contrôle la potabilité de l’eau, la qualité des eaux de baignade, mais aussi des aliments prélevés dans les magasins par le service d’hygiène.
 
Cette journée portes ouvertes a permis à une poignée de curieux de découvrir en détail le fonctionnement de l’institut. Ce jeudi, cinq classes de scolaires viendront le visiter.
 

 

Rédaction web avec Tamara Sentis et Jeanne Tinorua Tehuritaua

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.